Textes

Chemin de vie, semeur d'étoiles         01/2015

 

Cela ne sert à rien de vivre à faire semblant

La réalité te rattrapera tout le temps

Et il te faudra bien un jour envoyer tout en l'air

Et suivre le chemin pour lequel tu es sur terre

La vraie raison pour laquelle tu as choisi d'être ici

C'est d'aider les gens à quitter leur vie de soucis

Il est grand temps maintenant de suivre ta voie

Et de semer la lumière tout autour de toi

Sans prendre la peine de te poser trop de questions

Poursuis ton destin et sème, sème à foison

Des gens attendent impatiemment de te rencontrer

Pour suivre le chemin que tu voudras bien leur montrer

Fais germer des graines d’amour dans leur esprit

Et tu en sortiras grandi, c'est ton chemin de vie.

 

« Nous ne sommes pas des êtres humains vivant une expérience spirituelle,

nous sommes des êtres spirituels vivant une expérience humaine. »

Pierre Theilard de Chardin

 

 

***

 

 

Je suis une parcelle de Dieu             2014

 

Je ne perds plus mon temps à chercher Dieu.

Au delà de toute espérance,

je l'ai trouvé à l'intérieur de mon cœur,

de la nature, et du monde qui m'entoure.

Je ne perds plus mon temps à chercher Dieu.

Au delà de tous les dogmes, de toutes les religions,

je suis Dieu, tu es Dieu, nous sommes tous Dieu.

les animaux, la nature, les étoiles sont Dieu.

Je ne perds plus mon temps à chercher Dieu.

Au delà de toutes dimensions,

je suis les atomes de la nature, je suis les autres,

le monde entier, les étoiles, je suis tout l'univers.

Je ne perds plus mon temps à chercher Dieu.

Je l'ai réalisé en moi même,

il suffit juste d'en prendre conscience.

Tout le reste n'est qu’une fiction.

Je ne perds plus mon temps à chercher Dieu.

Je me suis fondu en lui.

Là où tout est amour et compassion,

je suis une parcelle de Dieu.

 

D’après l’Évangile selon saint Jean : chapitre10 verset 34, pour se défendre d’une accusation de blasphème,

Jésus cite le livre des psaumes de l’ancien testament texte 82, 6 où il est écrit « Vous êtes des Dieu, vous êtes tous des fils du très haut. »

« Tu t’imaginais à l’extérieur de Dieu, mais tu ne l’es pas. C’est impossible. Dieu est Tout Ce Qu’il y a. Personne ne peut exister à l’extérieur de Tout Ce Qu’il y a. »

Retour à Dieu : Neal Donald Walsch

 

 

***

 

 

Une petite voix               07/2014

 

Connectons-nous à nous-même,

et réalisons qui nous sommes vraiment.

Par-dessus l’égo, le mental,

une petite voix nous parle.

Écoutons la, elle est notre reflet

l’être sincère qui nous guide.

Tout le reste n'est qu'artifice.

L’argent, le travail, les dogmes

ne sont qu'une grande illusion,

un rêve et une voie sans issue.

Cette petite voix elle,

nous relie aux autres,

au monde, et à l’univers tout entier.

c’est la voix du créateur que nous sommes

et qu'il nous faut réaliser.

C’est la voix de l’âme universelle.

 

« Dieu parle en chacun de nous, tout le temps : La question n’est pas à qui il parle, mais qui écoute ! » NDW

 

 

***

 

 

Semence de vie                 2014

 

Nous sommes tous UN, nés du big-bang, sortis de la même soupe

primordiale, agencés des mêmes atomes, toutes nos cellules en gardent d'ailleurs la mémoire.

De par ce fait, nous sommes donc tous interconnectés et interdépendants les uns les autres, au delà des dimensions. Les différentes galaxies, les étoiles, les planètes et leurs habitants, toutes les créatures vivantes minérales, végétales, animales, ou bien sûr humaines qui peuplent l'univers ont toutes la même origine et sont toutes reliées.

Nous sommes tous UN, blancs, noirs, jaunes ou autres, et nous partageons tous la même âme primordiale, et si nous plongions vraiment en remontant au plus profond de nous-mêmes et en prenions conscience, nous en réactiverions la mémoire.

C'est cette même prise de conscience unitaire, ces émotions et les vibrations émisent qui en découlent, que nous irradions à l’extérieur de nous comme

un soleil, comme une aura.

Ces vibrations, ces ondes génèrent tout (énergie d'attraction) et modifient tout, y compris même notre ADN

Cela produit donc un impact sur le devenir de notre vie entière,

puisque toute notre réalité intérieure, conditionne notre réalité extérieure.

Tout est donc en inter-connections, il n’existe aucune sorte de séparation entre les uns et les autres, et entre nous et ce que nous appelons Dieu, chacun d’entre nous expérimente individuellement à l’échelle humaine, le Tout, Dieu. Donc toute action (bonne ou mauvaise) sur un maillon de la chaîne aura forcément une influence et des répercutions sur l'ensemble de la chaîne.

Nous sommes tous UN et illimités, rayonnons donc les êtres divins que nous sommes tous sans exception, pour retourner tous consciemment à notre unité originelle, qui ne nous a jamais quitté, et qui nous tend les bras.

 

« Nous baignons dans une énergie fondamentale qui est la source de la création du monde physique, une énergie qui connecte absolument tout. »

Nassim Haramein Scientifique, astrophysicien, directeur de recherche en physique quantique

 

« (L’école de la vie) est là comme une occasion pour toi, pour Dieu de savoir de façon expériencielle (pratique) ce que tu sais déjà de façon conceptuelle (théorique). Et pour cela, tu n’as rien à apprendre. Tu as juste à te souvenir de qui tu es, et de ce que tu sais déjà, et pour l’accomplir, le mettre en pratique. » Neale Donald Walsh (conversations avec Dieu)

 

 

***

 

 

Le regard des autres                2013

 

Le regard des autres nous enchaîne, c'est une prison insidieuse.

Libérons nous du jugement que peuvent porter sur nous les autres.

En choisissant d'être nous-mêmes, et pour nous-mêmes .

Ne cherchons pas à devenir ce que nos amis,

nos proches, notre propre famille attend de nous.

Mais apprenons plutôt à nous détacher de leur jugement.

Notre mission de vie, n'est pas d'être ici pour faire plaisir à autrui.

N'ayons pas de complexes, ne soyons pas tributaire du qu'en dira t'on,

vivons pour nous-mêmes, osons vivre notre vie comme nous l'entendons,

sans peur de décevoir les autres, et d'être différent.

Même si cela implique de quitter une certaine sécurité,

un certain modèle de vie qui remet en cause le diktat général de la réussite,

avoir un métier valorisant, si possible qui procure de hauts revenus,

une belle femme, une belle maison, une belle voiture.

Peu importe d'ailleurs comment tout cela a été obtenu !

Nous avons toujours le choix, le contraire est un mensonge à soi-même.

Donnons nous la permission d'être libre de choisir qui nous voulons

réellement être. Avec nos propre désirs, notre propre personnalité,

sans avoir de compte à rendre à quiconque d'autre qu'à nous-mêmes.

Nous sommes qui nous voulons être, c'est nous les juges.

Je suis le créateur et l’acteur de ma propre réalité.

 

"Je suis le maître de mon destin, je suis le capitaine de mon âme " (Poème invictus de W.E Henley, repris par Nelson Mandela)

 

Notre vie se déroule conformément aux intentions que nous avons pour elle ; en effet, la vie n’est pas un processus de découverte, du genre

«Voyons un peu ce qui se passe » La vie est un processus de création, du genre «CHOISISSONS ce qui va se passer, quelles sont mes véritables intentions » NDW

 

 

***

 

 

Hors norme                 Juin 2017

 

Je suis une mouche tombée dans un bocal de poisson

un peu bohème et un peu con

Je suis vraiment dans une drôle de situation

 

Je suis un passager qui n’a pas pris le bon avion

un peu bohème et un peu con

Je me sent étranger même dans ma propre maison

 

Je suis un pacifiste qui se retrouve sur le front

un peu bohème et un peu con

Je suis une chèvre rebelle dans un troupeau de mouton

 

Je suis l’invité d’un mariage mais ça ne doit pas être le bon

un peu bohème et un peu con

Je suis comme une cigale qui se serait trompée de saison

 

J’ai du prendre un taxi qui m’a déposé à une mauvaise destination

un peu bohème et un un peu con

Je cherche encore et toujours à retrouver la bonne direction

 

Je suis comme un innocent qu'on a mis en prison

un peu bohème et un peu con

Il n’y a pas un seul jour où je ne rêve d’évasion

 

Je suis un musicien qui s’est trompé de partition

un peu bohème et un peu con

Je suis comme un guitariste dans un orchestre de violons

 

Je suis le caillou coincé dans le fond d’un chausson

un peu bohème et un peu con

Je suis l’empêcheur de tourner en rond

 

Les gens courent tous après la société de consommation

un peu bohème et un peu con

Malheureusement moi aussi, mais j’y avance à reculons

 

«  Je suis dans ce monde, mais pas de ce monde » Jésus

 

 

***

 

 

Vivre en pleine conscience                 oct 2018

(Il est temps de rentrer à la maison)

 

Nous ne devons pas nous identifier à notre corps de matière, pas plus que nous ne sommes notre ego ni notre mental, nous ne pouvons pas nous limiter à ces seules perceptions reçues par notre petite conscience individuelle étriquée pour avoir une idée de qui nous sommes vraiment.

Ce n’est pas non plus le fait de percevoir le monde qui m’entoure grâce à mes cinq sens, qui peut me persuader que tout cela existe réellement au moment même où je le vis. Nous sommes beaucoup plus que toutes ces choses réunies, et même si je peux les percevoir et en éprouver la sensation, elles ne font pas qui je suis en vérité. Rien n’est réel dans le monde de l’illusion, c’est la création de l’expérience que j’en fais qui rend cela réel. Et pour le dire autrement et être plus précis, ma perception de la dualité, de l’espace, du temps, et de la matière, toutes ces choses que je crée en les imaginant, en leur insufflant de la substance n’existent pas hors de la conscience individuelle que j’en ai, nous les façonnons sans doute simultanément en synchrone au moment même où nous croyons les vivre.

Toutes ces choses ne sont essentiellement là que comme des outils mis à ma disposition afin que mon âme individuelle (Dieu) en fasse l’expérience, et pour qu’en retour en me reconnaissant, en me fondant dans l’âme universelle (Dieu) je partage l’expérience individuelle de mon vécu terrestre. Dieu fait l’expérience de lui même grâce au partage de tout ce que je peux vivre et ressentir dans cette dimension, ni plus ni moins.

Dans l’absolu toutes les choses sont Un et j’y suis intégré, je fais donc déjà partie depuis toujours de l’âme de toutes choses, je suis en même temps le chemin et le but de la présence de Dieu et si dans ma vie terrestre je ne me suis pas encore aligné dessus, c’est que je l’ai oublié et ne l’ai pas encore complètement réalisé c’est tout.

Dieu, l’éternel, le créateur originel, l’âme universelle ou l’énergie divine peu importe le nom qu’on lui donne, Dieu donc dont le concept est d’ailleurs dans sa totalité bien au delà de la compréhension de l’esprit humain. Dieu serait le processus addimentionnel, la dynamique de la manifestation d’une pensée primordiale projetée et exprimée localement au travers de toutes les âmes individuelles qu’il crée afin d’en faire l’expérience. Dieu est donc tout simplement l’énergie, l’étincelle de VIE, la VIE, et c’est la nature de la Vie de s’exprimer car si elle ne le fait pas elle n’existe pas. Tout est là !

Je suis à l’échelle humaine une partie, une projection d’un tout Divin et pour vivre en pleine connaissance, je dois par conséquent absolument en prendre conscience et me considérer comme partie prenante du tout collectif et Divin dans lequel mon âme baigne sans le savoir depuis toujours C’est la voie de l’évolution de l’humain au Divin, ce vers quoi au final chacun individuellement doit tendre... Dis toi bien que tout est déjà en toi, et essentiellement en toi, autant les questions que les réponses. C’est notre âme, qui crée et fait fonctionner notre cerveau (et tout le reste, esprit, conscience), pour en apprécier la pluralité des expériences, et non l’inverse.

 

Face à l’éternité, quand les Dieux s’ennuient, ils ne jouent pas aux dominos. De façon cyclique pour tromper l’ennui, pour faire l’expérience d’eux même, ils créent des mondes, à travers nous ils vivent ! Les Dieux sont ils tombés sur la tête ?

« Tu vis dans une illusion, c’est un grand spectacle de magie et tu fais semblant de ne pas connaître les trucs, même si tu es le magicien » Neal Donald Walsch

« Avec nos pensées nous créons le monde » Bouddha

« Nous avons découvert l’étrange empreinte d’un pas sur le rivage de l’inconnu. Pour expliquer son origine nous avons bâti théories sur théories, toutes plus ingénieuse et plus profondes les unes que les autres.

Et nous avons enfin réussi à reconstituer l’être qui laissa cette empreinte, et cet être, il se trouve que c’est. nous-mêmes ! » Arthur Eddington (1882-1944) Astrophysicien britannique

 

 

***

 

 

Le rap du toujours plus                         08/2014
 

Nous sommes dans le factice

nous sommes dans le virtuel

nous achetons

toujours plus, toujours plus

 

Le tout dernier modèle

la toute dernière version

nous consommons

toujours plus, toujours plus

 

La pub, la mode, les médias

le regard des autres

nous enchaînent

toujours plus, toujours plus

 

La société de consommation

nos besoins, nos désirs

nous asservissent

toujours plus, toujours plus

 

Nos modèles sociaux

politiques et religieux

nous divisent

toujours plus, toujours plus

 

L'alcool, la drogue, le sexe

les antidépresseurs

nous abrutissent

toujours plus, toujours plus

 

refrain :

Brisons les chaînes

Cassons les codes

Vivons en marge du

toujours plus, toujours plus

 

« En faisant briller notre lumière nous offrons aux autres la possibilité d'en faire autant. »

Nelson Mandela

 

 

***

 

 

LA LOI D'ATTRACTION                    2013

 

Gardez l'esprit ouvert ! Et soyez perméables à toute pensée, action ou démarche positive.

Et en retour vous attirerez comme un aimant, des solutions, des événements, des rencontres, et finalement une vie positive.

Faites barrage dans votre esprit au négatif, il est primordial de se concentrer uniquement sur le constructif que vous souhaitez voir apparaître dans votre vie, et non de se focaliser sur son manque, le négatif.

Sinon vous obtiendrez le contraire de ce que vous pourriez espérer.

Dites par exemple le processus créatif : je suis en parfaite santé , (je le sais de manière absolue et le prend même pour déjà acquis : JE SUIS GUÉRI) et toutes les choses se mettront immédiatement en place et mèneront à la guérison : (positif) on se focalise sur la guérison !

La boucle est donc bouclée, tu vois ce que tu obtiens et tu obtiens ce que tu vois.

Et non pas : je ne veux plus être malade : (négatif) on se focalise sur la maladie !

Cette démarche porte un nom et s'appelle : La loi d’attraction.

 

Dans un premier temps, vous devez penser positif, vous aligner avec une perpétuelle bonne humeur, alors se met en branle tout un processus, qui va attirer à vous tout ce que vous pensez, pour ensuite vous faire devenir immanquablement, tout ce à quoi vous avez porté votre attention

Si nous sommes suffisamment positifs et ouverts dans notre réflexion, notre façon d'être, nos actions, notre vie, nous attirerons donc toujours à nous des situations ou des personnes partageant le même état d'esprit, les mêmes affinités.

L’énergie d'attraction répond à des pensées, qui dégagent des énergies, des vibrations, ces dernières émettent un signal que vous envoyez à l'univers, lequel vous attire en retour un signal correspondant.

On récolte ce que l'on sème, aussi semons patiemment joie, sincérité, paix, amour et lumière et en retour nous récolterons, joie, sincérité, paix, amour et lumière.

Les pensées deviennent des faits, et si vous êtes réellement positifs dans vos orientations, dans vos choix, dans vos projections, vous attirerez invariablement des circonstances et des solutions positives, vous n’aurez pas d’autres options.

Accordons donc une attention primordiale à nos pensées, contrôlons nos émotions, nos paroles, sentons nous toujours positifs, vibrons toujours la joie, la gratitude, l'amour à chaque seconde de notre vie, et l'univers se manifestera à nous, pour nous créer un avenir dans ce sens !

 

Nos pensées, nos désirs façonnent notre devenir d'être humain, à nous de choisir, et n'oublions pas que nous avons dans notre vie toujours le choix.

Le monde est énergie, et l'énergie positive coule là ou l'attention positive va.

Soyez ce que vous voulez être à n’importe quel niveau et vous le deviendrez.

Pour conclusion n'oublions jamais cette maxime :

 

CE QUE L'ON PENSE ON LE PRODUIT.

ON EST CE QUE L'ON PENSE.

 

« Le fait de décider à l’avance ce que vous choisissez d’être, provoque cet état dans votre expérience. (Tous les états d’esprit se reproduisent). La perception est tout : tout ce que tu es, tu le crées et vice-versa. Toute vie est énergie en vibration. » Neal Donald Walsch

 

« La matière, c’est l’information c’est de la spiritualité manifestée » Nassim Haramein

 

 

***

 

 

Au delà                 Janvier 2018

 

Dans la loi d’attraction, nous attirons à nous comme un aimant tout ce qui entre en résonance avec ce que nous sommes, ce que nous faisons, et ce que nous pensons, donc ce que nous vibrons. Le positif va induire et attirer à soi le positif. Et les actions et les pensées négatives le négatif. Mais sachons aussi nous libérer du restrictif qu’inconsciemment nous nous imposons. En considérant qu’une pensée primordiale est probablement l’étincelle du départ de la création consciente des multivers, alors si une simple pensée peut être d’une incommensurable énergie, n’ayons donc aucune limitation à toutes les hypothèses qui peuvent se présenter à nous, et si à l’échelle macroscopique, la lune tourne bien autour de la terre qui elle même s’enroule autour du soleil, et cela est en tout points tellement semblable, au fait qu’à l’échelle microscopique les électrons tournent autour du noyau des atomes. Alors de l’infiniment petit à l’infiniment grand, c’est exactement la même danse !

A leur propre échelle ce sont les deux faces infinies, les deux réalités commune d’une même représentation. Et nous humains en spectateurs, nous sommes exactement au beau milieu, à la croisée des chemins de ce ballet. Ne soyez donc pas restrictifs, et retirez vous l’illusion de croire que leurs dimensions les différencient.

Croire est limitatif, et à tous les niveaux, tout devient envisageable, et au-delà de nos petites certitudes binaires, l’infiniment grand et l’infiniment petit se rejoignent pour fermer le cercle où les dimensions n’ont d’ailleurs plus aucun sens. Nous sommes dans l’addimentionnel. Combien de vies passées pour pouvoir le concevoir, le réaliser, et ensuite s’en libérer. La matière n’existe tout simplement pas indépendamment de la conscience que j’en (est, ai), au final vous êtes votre conscience, vous êtes ce que vous pensez. Alors vous pouvez tout envisager, car même l’impossible d’aujourd’hui devient le possible du lendemain. Clore l’habitude de ses habitudes et veiller à garder l’esprit toujours ouvert. Pour finalement comprendre que croire, ou ne pas croire n’a aucun sens, et enfin réaliser que l’on est en même temps l’expérimentateur et l’expérimenté, et que pour l’apprécier, l’expérimenter nous nous sommes volontairement plongés dans la matière afin d’en faire l’expérience. Nous sommes des êtres illimités et multidimensionnels tournant sans début et sans fin dans le cycle de la Vie, ce processus infini d’amour que nous sommes et partageons réellement. (en le conjuguant à la première personne du singulier ça marche encore mieux.)

- La matière à l’échelle microscopique (atomes, électrons ...) est agencée exactement comme son pendant macroscopique (étoiles, planètes ...) les deux ne représentent d’après nos connaissances actuelles que 00000,1% de la masse totale de l’univers connu. Et les 99,99999 restants seraient l’espace compris entre les atomes et les étoiles... Le vide quantique, L’éther, le prana, la source de l’information et de l’espace énergétique.

 

« Nous sommes des enfants de l’éther» Frank Wilczek prix Nobel de physique en 2004

 

« La matière comme telle n’existe pas, toute matière n’existe qu’en vertu d’une force qui fait vibrer les particules et maintient ce minuscule système solaire qu’est l’atome.

Nous devons assumer que derrière cette force qui anime cette matière existe une conscience, un esprit intelligent. Cet esprit est la matrice de toute matière.»

Max Planck : physicien, prix Nobel de physique quantique (1858-1947)

 

« Il y a plus de choses au ciel et sur terre que n’en ont rêvé les philosophes » William Shakespeare Hamlet

 

« Il n’y a pas de limites, à moins que vous ne les créiez vous même. Tout est possible,

vous n’êtes limités que par votre propre imagination. » Dolores Cannon

Les limites du possible ne peuvent être définies qu’en les franchissant vers l’impossible. AC Clarke

 

 

***

 

 

La vacuité des phénomènes                 1983

 

Pourquoi le chaud et le froid ?

Y'a pas de pourquoi (bis)

Ça existe et ça n'existe pas.

Y'a pas de pourquoi.

 

Pourquoi le beau et le laid ?

Y'a pas de pourquoi (bis)

Ça existe et ça n'existe pas.

Y'a pas de pourquoi.

 

Pourquoi la peine et la joie ?

Y'a pas de pourquoi (bis)

Ça existe et ça n'existe pas.

Y'a pas de pourquoi.

 

Pourquoi le bien et le mal ?

Y'a pas de pourquoi (bis)

Ça existe et ça n'existe pas.

Y'a pas de pourquoi.

 

Pourquoi la vie et la mort ?

Y'a pas de pourquoi (bis)

ça existe et ça n'existe pas.

Y'a pas de pourquoi.

 

« Tout ce que vous percevez est méprise et n’existe pas vraiment, »

Patrul Rinpoché

 

« Je suis le Tout et le non-Tout, l’Être et Non Être. Je suis Ce Qui Est, et ce Qui n’Est Pas. Ce qui veut dire, en effet, qu’il n’y a rien Qui Soit, car faute de Ce Qui n’Est Pas, ce Qui Est... n’est pas. Et cela, à son tour, signifie qu’il n’y a rien Qui Ne Soit Pas. Tout Est, et n’Est Pas. » NDW

 

« On ne peut pas peindre du blanc sur du blanc, du noir sur du noir. Chacun a besoin de l’autre pour se révéler » Manu Dibango

 

 

***

 

 

Le monde de l'illusion                Sept 2014

 

Soyons exemplaire, ayons de plus grandes ambitions que matérielles car nous vivons dans l'illusion que quelque chose nous appartient, alors que rien n'est à nous.

On est né nu, et on mourra nu, et dans l'intervalle tout nous aura été prêté, considérons que nous ne sommes même pas propriétaire de notre simple chemise. D'ailleurs sur d'autres plans, la matière physique par elle-même n'existe pas, (comment être propriétaire de ce qui n'existe pas ?)

Sur le plan de la matérialité actuelle sur terre dans la troisième dimension, nous vivons dans le rêve, dans l'illusion. Personne n'est jamais propriétaire de rien, pas même de son âme, nous la partageons avec Dieu ou plutôt Dieu la partage avec nous.

C’est alors une illusion de penser que l'argent est un grand bien, certains finissent même par s'identifier non seulement à leur corps physique, mais pire à leur compte en banque, leur voiture, leur maison ...

Ne nous laissons pas éblouir par cette utopie, modifions notre échelle de valeur.

Voici la réponse que fit le chef indien Sitting Bull en 1854, au président des Etats-Unis qui voulait lui acheter les terres, où ce dernier vivait depuis des temps immémoriaux avec toute sa tribu.

" ... La terre est notre mère à tous. La nature, les animaux, le ciel sont nos frères et sœurs. Peuple blanc, peuple rouge, nous avons tous le même dieu, et toutes les choses se tiennent. Aussi comment peu t'on avoir l'idée de vouloir acheter la terre. C'est une idée étrange pour nous, car la terre n'appartient pas à l'homme, mais l'homme appartient à la terre ..."

 

Prenons conscience que tous ces biens matériels nous ont été envoyés comme un mirage, une épreuve à traverser, à transcender, dans le but de nous faire progresser.

Détachons nous progressivement de la matière, laissons parler notre cœur, notre âme.

Certain plus que d'autres sont asservis par l'argent, et sont donc moins préoccupés par leur dimension spirituelle, mais à la base, nous avons tous le choix, le libre arbitre et la possibilité de pouvoir nous autodéterminer, même pour les plus matérialistes d'entre nous et ce n'est pas facile, car l’ego, le mental ont tendance à rester là où ils sont le plus attachés. Rien n’est réellement réel, cela n’existe pour moi que dans la mesure où j’en fais l’expérience, c’est mon expérience qui rend pour moi cela réel. Nous évoluons dans l’onirique.

Ancrons nous alors solidement à la part de Dieu qui vibre en chacun de nous et qui nous réunit tous, identifions nous à Dieu et alors toute chose nous sera donnée, et aussi incroyable que cela puisse paraître, nous pourrons même en prendre le contrôle, nous nous reconnaîtrons alors en Dieu en étant Dieu.

Ne nous laissons donc pas leurrer par nos sens et berner par notre mental, restons détachés de la matière et ouvrons notre cœur.

 

"On ne voit bien qu'avec son cœur, l'essentiel est invisible pour les yeux" Saint-Exupéry

 

« Toutes les choses que nous appelons réelles sont faites de choses qui ne peuvent pas être considérées comme réelles »

Niels Bohr : physicien en mécanique quantique, prix Nobel

 

 

***

 

 

Lettre ouverte au Pape                 2004

 

 

Très Saint-Père

 

Chef de l'état du Vatican, représentant de Dieu sur Terre.

 

J'ai appris par les médias, que lors de ta dernière visite en France, ces deux ou trois jours, t'avaient coûté la bagatelle de 3 millions d'Euros, sans parler de ce qu'elle a dû coûter au contribuable français. (3200 policiers et gendarmes mobilisés)

Ne penses tu pas que cet argent aurait pu être mieux employé à servir concrètement ton prochain, du style : creuser des puits au Sahel , mener une campagne d’alphabétisation, construire des dispensaires, des hôpitaux ...

Si le Christ était de retour sur Terre, où crois-tu qu'on aurait le plus de chances de le rencontrer ?

Parmi les riches et les nantis comme toi, à vivre comme un nabab dans son château, avec une armée de serviteurs ? Ou ne le trouverait on pas plutôt parmi les pauvres affamés, ceux qui se noient dans des embarcations de fortune pour tenter de rejoindre les pays riches et quémander quelques miettes ? Ou bien ne partagerait il pas aussi, la vie de ceux qui avec un Euro ou deux par jour doivent faire vivre leur famille. Mets donc tes actes en corrélation avec tes prêches et vis comme le Christ dans le partage et l'abnégation.

Vends ta papa-mobile et achète une camionnette pour aider les accidentés de la vie d'Emaüs, comme l'Abbé Pierre .

Vends tes résidences, tes avoirs, liquide tes comptes bancaires et va dans les favélas de Rio, du Caire ou d'ailleurs, comme sœur Emmanuelle ou mère Teresa

Va au Darfour et fais comme eux, vis au jour le jour, sois pauvre et tu deviendras riche.

Donne l'exemple de ta vie, et des vocations tu en susciteras à la pelle.

Sois tolérant ! au lieu de prendre parti et de t'occuper de contraception, de célibat des prêtres, d'ordination ou non des femmes; imagines tu vraiment que Dieu se préoccupe de ces choses !

Au lieu de côtoyer les grands de ce monde, côtoie les petits et les exclus, comme l'a fait avant toi il y a deux mille ans, le Christ duquel tu te réclames.

 

Norbert Clemencet

 

« N’ayez pas peur de perdre, car vous avez tout à gagner » Sylvain Didelot

 

« L’homme est devenu avide et vorace, avoir et amasser des choses semble pour beaucoup de personnes être le sens de leur vie. Une insatiable voracité traverse l’histoire humaine, jusqu’au paradoxe d’aujourd’hui,

ainsi quelques uns se livrent à des banquets, tandis que beaucoup d’autres n’ont pas de pain pour vivre. » Jorge Mario Bergoglio

 

« Si tu veux connaître quelqu’un, n’écoute pas ce qu’il dit, mais regarde ce qu’il fait » Dalaï Lama

 

 

***

 

 

Petite réflexion sur Dieu, la religion la spiritualité                        08/2018

 

Pour un croyant, pratiquant d’une communauté religieuse monothéiste

et qui suit les préceptes de sa confession, c’est à dire, les rites, le cérémonial désuet, et surtout à force de prières, et à force d’idolâtrer, il finit souvent par se retrouver seul face à une chimère. C’est le prix à payer sans doute quand on croit en Dieu, et qu’on l’identifie comme une entité extérieure à soi-même. Une sorte d’être primordial, créateur et paternaliste qui nous regarderait d’en haut et qui nous jugerait nous ses subordonnés. Quelqu’un que l’on conceptualise comme forcément d’exception, une sorte d’être parfait, donneur de leçons. Rien n’est plus faux, et c’est même tout le contraire, Dieu est omniprésent partout, et donc présent en chacun de nous, exprimé et partagé au travers de notre âme individuelle comme au travers de tout ce qui vit, du plus petit organisme jusqu’aux plus complexes, et cela aussi, bien au-delà de l’expression physique.

Nous sommes tous son incarnation avec chacun nos propres caractéristiques, et cela partout dans toutes les dimensions et dans tous les différents univers. Ce qui fait que au final, à la mort physique de notre corps, grâce à la partie de Dieu qui irradie notre âme, nous n’aurons dans la révision de notre vie, aucun compte à rendre à qui que ce soit d’autre qu’à nous-mêmes.

Ce que nous appelons Dieu, est amour, Dieu est l’énergie pure et brute, un processus

qui s’appelle la VIE avec un grand V, c’est une vérité primordiale, et c’est cette part, ce microcosme de Dieu qui est présent et qui vibre en nous et en l’autre qui nous relie tous de façon intemporelle et indéfectible. Ce partage nous rend donc frères avec tous les êtres vivants de la création. Nous partageons et baignons tous individuellement dans la même âme collective adimensionnelle, nous sommes donc tous Un.

Bien que fortement impacté par les différentes pratiques religieuses de nos parents, et aussi influencé par le milieu socioculturel dans lequel nous évoluons, nous avons pourtant chacun le libre arbitre de pouvoir choisir par nous-mêmes, et il est possible individuellement de ressentir cette vérité qui nous unit tous, en laissant ouvert au plus profond de soi notre ressenti, notre empathie, notre cœur, et cela sans tomber dans le travers pervers de vouloir absolument toujours tout passer par l’intellect. Mon Dieu donc n’est pas meilleur que le tien, puisque Dieu est exactement la même étincelle de vie qui nous attise individuellement et collectivement tous. Cela serait stupide de croire le contraire, pourtant combien de conflits, combien de guerres passées et présentes commises au nom de Dieu.

Car si la spiritualité rassemble les gens du monde, les différentes religions à travers leurs doctrines exclusives et leurs préceptes de séparation les divisent.

Les grandes religions sont à notre époque dans leurs schémas directeurs, une falsification de la nature de Dieu et elles sont à la spiritualité ce que le mensonge est à l’âme, ce que la chaîne est à l’esclave.

Enlevez lui le mensonge, la chaîne, et il redevient un homme libéré ...

 

« La spiritualité reconnaît la lumière divine qui brille en chacun d’entre nous, elle n’appartient à aucune religion en particulier mais à tout le monde. » Mohammed Ali

 

« Vous pouvez visiter toute la terre, vous ne trouverez nulle part la vraie religion.

Elle existe pour vous que dans votre cœur, celui qui ne l’a pas en soi, ne la trouvera pas non plus hors de soi.» Râmakrishna

 

 

***

 

 

Je suis tous ceux que je ressens               Nov 2018

 

Je suis Wolfgang jouant sa petite musique de nuit

et aussi Ludwig composant sa sonate au clair de lune

C’est moi aussi Giazotto qui ai écrit l’adagio d’Albinoni

Je suis la diva Maria Callas qui chante l’Avé Maria

Je suis Luciano Pavarotti qui se produit à la Scala de Milan

Je suis Jacques Brel, Angelina Jordan, Michal Élia kamal

J’ai peint les magnifiques plafonds de La Chapelle Sixtine

L’énigmatique Joconde exposée au Louvre c’est moi aussi

Je suis à l’origine des tournesols et aussi de Guernica

La victoire de Samothrace c’est moi qui l’ai sculptée

Je suis Rodin, Maillol, Calder et beaucoup d’autres

Je suis Henri Cartier Bresson, je suis Robert Doisneau

Je suis Eratosthène, Galilée,Thalès, Euclide, Grothendieck

Je suis Magellan le premier à avoir bouclé le tour du monde

Je suis Louis Blériot, Charles Lindbergh, Youri Gagarine

Je suis le premier homme tout en haut de l’Everest

Sur la lune j’ai fait un grand pas pour l’ humanité

J’ai aussi fait un rêve de fraternité à Washington en 1963

Moi Nadiba n° 466/64 je suis resté en prison 27 ans

Le 1er décembre 1955 à Montgomery je suis Rosa Parks

Je suis le Mahatma, marchant et prêchant la non violence

Je suis Jésus, Mahomet, Bouddha et tous les grands guides

Je suis le physicien Nassim Haramein, je suis Nikola Tesla

Je suis Platon, Nietzsche, Carl Marx et tous les philosophes

C’est aussi moi qui ai écrit le Petit Prince, les Misérables,

l’Alchimiste, Cros Blanc, Sexus et de nombreux autres

Je suis Verlaine, Apollinaire, Prévert, et Boris Vian

J’ai mis en scène le Misanthrope et Cyrano de Bergerac

To be or not to be that is the question c’est aussi moi

J’ai écrit des fables célèbres, je suis Jean de La Fontaine

Je suis Marilyn Monroe, Jean Dujardin, Angelina Jolie

Je suis l’homme le plus rapide, mon nom est Usain Bolt

Je me prénomme Javier, je suis celui qui saute le plus haut

Moi Kilian Jornet, je suis l’homme qui court le plus loin

Je suis l’étoile Anna Pavlova dans le lac des cygnes

Sur la glace je suis la grâce incarnée, je suis Sonja Henie

C’est moi Simone Biles qui suis agile comme une gazelle

Je suis jaune noir blanc beur, je suis de toutes les couleurs

Je suis fille, garçon, hétéro, homo, bi, je suis transgenre

Je suis français russe chinois, je suis citoyen du monde

Je suis citoyen galactique, je suis citoyen de la création,

Et finalement, je suis riche de tous ceux que je ressens.

 

 

***

 

 

L’amour inconditionnel                Mai 2017

 

Aimer, mais pas seulement une seule personne, aimer toute l'humanité

Aimer avec conviction, aimer à s’en rendre le cœur esclave

Aimer et rester le cœur toujours ouvert, aimer sans jamais le laisser se refermer

Aimer est une violente tempête, aimer c'est aussi au contraire l'imperturbabilité

Aimer, mais pas seulement à moitié, aimer dans sa totalité

Aimer sans rien calculer, aimer sans jamais rien demander d’autre à échanger

Aimer dans le silence, aimer même d'un amour non partagé

Aimer par dessus les différences, aimer pour tous se rapprocher

Aimer à vouloir se noyer, aimer c'est aussi pouvoir s'envoler

Aimer sans aucune retenue, aimer sans avoir peur d'aimer

Aimer c'est un état d'esprit, aimer au quotidien sans même y penser

Aimer, aimer tout simplement, aimer sans chercher à intellectualiser

Aimer comme au premier jour, aimer malgré toutes ces années

Aimer pour une seconde, aimer pour une vie, toujours aimer

Aimer comme dans un rêve, aimer encore aimer sans jamais se réveiller

Aimer comme un enfant, aimer sans chercher à savoir le comment

Aimer c'est laisser faire, aimer cela reste en fait très primaire

Aimer comme on respire, aimer sans pouvoir s'en empêcher

Aimer va tous nous transformer, aimer va changer notre destinée

Aimer d’un amour illimité, aimer sans condition c'est la réalité de la vie

 

« Aimer c’est perdre le contrôle » Paulo Coelho

 

« Dieu est amour et celui qui demeure dans l’amour demeure en Dieu, et Dieu en lui. »

Première lettre de saint Jean chapitre 4 : 16

 

« L’amour c’est vouloir faire du bien à l’autre » Aristote

 

 

 

***

 

 

Un poème                     Sept 1983

 

Je voudrais t'écrire un poème

Un poème qui parlerait d'amour

Un poème que toi seul puisse comprendre

Un poème qui te fasse me reconnaître

Un poème qu'on lit les yeux fermés

Un poème qu'on lit avec le cœur

 

Je voudrais t'écrire un poème

Un poème qui parlerait d'amour

Un poème qu'on a l'impression d'avoir déjà lu

Un poème qu'on connaît déjà par cœur

Un poème qui te fasse rire

Un poème qui te fasse pleurer

 

Je voudrais t'écrire un poème

Un poème qui parlerait d'amour

Un poème qui soit un secret entre nous

Un poème qu'on lit en se cachant

Un poème que je te hurle

Un poème que je te murmure

 

Je voudrais t'écrire un poème

Un poème qui parlerait d'amour

Un poème tel que personne n'en a jamais écrit

Un poème que l'on ne partage pas

Un poème entre toi et moi

Un poème d'amour

 

Norbert pour Annick

 

 

***

 

 

Le cœur qui crie                        Mai 2017

 

Je suis seul face à la nostalgie des amours et des années passées.

Que c'était bon nos premiers baisers, nos premières caresses échangées.

Nous vivions ensemble nos premiers émois, intensément,

inconscients du bonheur du moment présent.

Combien d’années donnerais-je, pour les faire revivre un court instant !

La plupart des souvenirs enfouis ont certainement disparu,

mais certains ressurgissent imprévus du fond de ma mémoire.

Tu es toujours semblable, tu n'as pas pris une seule ride,

ton visage reste toujours le même, ton odeur, et même tes rires.

Je me les remémore comme si tu étais là près de moi.

T'évoquer, te retrouver te fait de nouveau vivre

et tu restes ainsi toujours présente dans mon esprit.

Et si cela était possible, retourner le temps pour corriger certaines erreurs.

Mais aujourd'hui mon coeur est en émoi, il pleure, il rit,

et toutes ses questions posées restent sans réponse.

Si seulement par moment hier, aujourd'hui, demain pouvaient s'intervertir.

 

Norbert

 

PS: comme dans la vie il n’y a pas de hasard, je crois bien que tu as du me perdre

afin que je puisse me trouver.

 

 

***

 

 

Inspiration                     1977

 

Il vaut mieux que j’écrive ça à travers quelques mots

Ça m’aidera à mieux comprendre

Mais la plume devance la pensée

Et la fleur n’est pas encore éclose

Ce n’est encore qu’une chrysalide

Mais qui bientôt volera de ses propres ailes

Quand elle sera papillon se reconnaîtra-t-elle ?

 

 

***

 

 

L’homme apprend de ses erreurs                    12/2018

 

Les erreurs dans la vie ne sont pas des choses sur lesquelles faire une fixation, car ces dernières sont inhérentes et indispensables à toute forme d’apprentissage. C’est ainsi fait, l’homme n’apprend efficacement que de ses erreurs. Il ne s’agit pas de les minorer, pas plus qu’il ne s’agit d’en exagérer la portée, mais de les accepter comme des expériences indispensables au bon déroulement de notre évolution. L’expérience est malheureusement difficilement partageable, aussi dans le parcours de sa vie, chacun d’entre nous commet naturellement des erreurs, et il ne sert à rien de culpabiliser car c’est en tirant partie de ses erreurs, que chacun d’entre nous progresse. Alors dans ce sens, les erreurs doivent être vécues comme des expériences positives de la vie, qui permettront à un homme en les transcendants de progresser. Par conséquent elles participeront efficacement à notre évolution en nous faisant modifier notre façon de penser et notre comportement pour parvenir à être de jour en jour et de vie en vie de meilleures personnes. Dans le but de retrouver qui il est vraiment, qui il a toujours été, l’homme n’a que deux solutions, le bien et de mal n’existant pas, il faut donc remplacer ces deux mots par les termes suivants : ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas. Ce sera donc seulement ce qui me sert et ce qui est utile pour me reconnecter à la source de qui je suis réellement, qui fondamentalement est le plus important.

L’essentiel en soi n’est pas l’erreur commise, mais la leçon tirée de l’erreur.

Comme dirait Thomas Edison (inventant la lampe à incandescence)

« Il n’y a pas d’échecs dans la vie, il n’y a que des expériences. Je n’ai jamais échoué, j’ai seulement expérimenté 10 000 solutions qui ne fonctionnaient pas »

« Le négatif et le positif sont tous deux des matériaux de construction » Dolores Cannon

 

 

***

 

La rose (ou après avoir expérimenté toutes les possibilités)          1980

 

La rose est rose.

Mais je m'obstine à la voir rouge.

La rose est rose, je le sais.

Mais je n'obstine à la voir blanche.

La rose est rose,

mais regarde, regarde bien, tu vois bien qu'elle est rose !

Elle est rose, elle est rose,

mais mes yeux la voient bleue,

Arrête toi, prends ton temps, et observe la bien

La rose est-elle rose ?

Mais je sais bien que la rose est rose,

mais aujourd'hui, je la vois noire.l

Et sûrement, après l'avoir vue grise,

jaune et argent, je la verrai enfin rose.

 

 

***

 

 

Pardonne moi et toi                Juin 2017

 

Pardonne-moi, pardonne-toi

C’est pas la même chose

Pardonne les tiens

C’est le plus facile

Pardonne les autres

Ça reste encore faisable

Pardonne-toi tes fautes

Ça c’est plus difficile

Pardonne toi donc toi aussi

Comme tu pardonnes aux autres

Pardonne toi tes erreurs

Pour pouvoir les effacer

Pardonne toi pour de vrai

Pour ne plus vivre esclave

Pardonne toi sans remords

Pour devenir un homme neuf

Pardonne toi toi-même

Le temps est venu

Pardonne toi dès aujourd'hui

Pour vivre libre demain

Pardonne toi sans attendre

La vie te le demande

Pardonne moi, pardonne toi

Libère tout le passé

Pour vivre le présent en paix

« Le pardon n’est pas au bout du chemin, il est le chemin. » Françoise Chandernagor

« Il est difficile de vraiment pardonner, car le pardon doit provenir du cœur et non de la tête. » André Boutin

 

 

***

 

 

Soyons tolérant rien n’est jamais figé                            2018

 

On se connaît vraiment mal les uns les autres,

et souvent même au sein de sa propre famille.

Les constatations que nous pouvons faire à propos d’une personne ou d’une autre ont tendance à rester définitives

et n’ont pas su évoluer au fil des années qui passent.

Pourtant il est à espérer que cette personne n’est pas restée toujours semblable à ce qu’elle était, l’âge aidant et grâce aux expériences que cette dernière à pu acquérir, elle a forcément du changer dans sa façon de penser et dans son comportement. Elle est d’ailleurs peut être devenu, maintenant et c’est à souhaiter, une personne quelque peu différente de celle que nous avions connue il y a plusieurs années, ce qui fait que si nous en avions connaissance et le réalisions, l’observation que nous portons sur telle ou telle personne pourrait à son tour être elle aussi quelque peu modifiée.

Parce que les personnes se transforment et s’améliorent au fil des années qui passent, il est donc logique que le discernement que nous pouvons avoir de ces dernières ne reste pas figé et suive la même voie.

 

« Comprendre, accepter, tolérer, écouter, changer, faire confiance, sourire, recommencer, expliquer, donner, pardonner, c’est AIMER » Catherine Rambert

 

 

***

 

Les gens ne sont pas riches de ce qu’ils possèdent mais de ce qu’ils partagent              07/2018

 

Combien de gens vivent égoïstement sans jamais vouloir sortir de leur zone de confort.

Croisant périodiquement des nécessiteux de toutes origines, et sans même un regard, un bonjour, ou un sourire passent leur chemin. Laissant à d’autres le soin d’exercer leur générosité, leur compassion.

Les gens se disent avoir plein de bonnes intentions, mais quand il faut s’investir dans le concret, dans la pratique et ouvrir son porte-monnaie, il n’y a plus personne. Ils se donnent bonne conscience sous prétexte que des associations spécifiques existent déjà pour tous ces gens là, ou alors ils délèguent disant que ce serait à l’Etat de faire quelque chose pour les prendre en charge.

Dans le meilleur des cas, ils font leur bonne action annuelle, quand ils donnent une fois par an à la sortie des grandes surfaces lorsque les restos du cœur font la quête pour recevoir des denrées alimentaires.

Combien de maisons vides de tout occupant, résidences secondaires habitées un mois par an, résidences de loisirs, appartements à louer ne trouvant pas preneurs, maisons inoccupées à vendre ... ce ne sont pas les opportunités qui manquent. C’est un peu d’humanité, d’empathie et de partage concret qui font défaut à la plupart des gens. J’ai un exemple familial d’une maison vide depuis des années qui ne sert strictement à rien, au lieu de la faire revivre en la mettant à disposition d’une famille dans le besoin et ce n’est pas ce qui manque en ces moments de trouble avec tous ces gens qui affluent en provenance de pays dans lesquels nous avons été porter la guerre, Syrie, Libye, Irak ... quelle valorisation concrète de partage que de mettre un toit à leur disposition.

Tous les grands maîtres à penser le disent : Mahomet « Ce que tu fais aux autres, c’est à toi même que tu le fais «

Ou Jésus, qui dit exactement la même chose avec des mots différents « Ce que vous faites au plus petit d’entre vous, c’est à moi que vous le faites »

Ou Bouddha « Le plus grand gain c’est de donner aux autres, si vous allumés une lampe pour quelqu’un d’autre, elle éclairera aussi votre chemin »

Sachant qu’à l’aube de notre vie quand le moment sera venu pour nous de faire le bilan, ce n’est pas quelqu'un d’extérieur à nous même qui sera là pour nous juger, quelqu'un de supérieur à qui nous devrons rendre des comptes. (A la limite il vaudrait peut-être mieux car cette personne serait certainement plus indulgente à notre encontre que nous même) Non, la seule et unique personne concernée sera nous même, pour nous même, et nous serons intransigeant, sans aucune espèce de tolérance à notre propre égard.

Le partage est une des plus grandes vertus qui soit, c’est une source de bonheur presque plus importante pour celui qui donne que pour celui qui reçoit.

 

« La vraie richesse d’un homme en ce monde se mesure au bien qu’il fait autour de lui » Mahomet

 

«  La richesse n’est pas la quantité d’argent que l’on possède, mais la façon dont on l’utilise » Paolo Coelho

 

 

***

 

 

Lettre ouverte aux milliardaires                             09/2017

 

 Milliardaire : personne malade ayant un besoin addictif et indécent d’accumuler indéfiniment toujours plus d’argent ou de richesse, et ce au détriment de ses semblables.

  Mesdames et messieurs les milliardaires, sans prendre de gants sans faire de détour, permettez-moi de vous dire que vous êtes des malades mentaux, des psychopathes.

Vous croyez être les maîtres du monde, que l’argent vous donne du pouvoir, alors qu'en réalité vous êtes des esclaves : asservis par votre fortune et piégés par votre phobie maladive de la voir prospérer sans limite. À quoi cela vous sert-t-il d'avoir quatre Ferrari dans votre garage et égoïstement six Picasso sur les murs de vos différents manoirs et châteaux ? Une cinquième Ferrari, un septième Picasso, un énième château vous apportera-t-il plus de bonheur et  vous rendra-t’il plus heureux ? Non bien sûr, vous n’en aurez  jamais assez, vous êtes no limit, votre course effrénée à l'argent est devenue votre religion et vous fait  perdre tout bon sens, vous êtes comme des adolescents accro-dépendants à leurs jeux vidéo ou comme des drogués accrochés à l’injection indispensable de leur dose quotidienne d’héroïne.

Ne ressentez vous donc jamais le besoin de donner un sens plus profond à votre vie ? N’avez-vous donc aucune estime de vous-même et aucun autre objectif plus haut et plus humain que de faire prospérer inutilement et de façon addictive votre compte en banque ?Vous avez vendu votre âme au diable et le modèle capitaliste extrême que vous suivez vous entraîne à avancer dans la vie en marchant sur les autres, et vous ne vous en rendez même pas compte. De plus dans votre course compulsive aux profits et avec le modèle économique que vous nous imposez (une dictature financière) vous empoisonnez la planète sur laquelle nous vivons tous, vous et nous aussi, les 99,99% que vous laissez sur la touche.

L’histoire nous l’a prouvé à de multiples reprises, la fin demeura toujours la même pour les parasites de votre espèce, quand ceux que vous piétinez se révolteront à l’occasion d’une insurrection qui n'aura rien de pacifique, vous, votre famille et votre fortune disparaitrez du paysage. Personne ne vous regrettera, quand on parlera de vous et de cette époque inique dans les livres d'histoire.

De toutes les civilisations qui nous ont précédées depuis l’origine du monde, il en va toujours ainsi, quand un trop grand déséquilibre se crée, le monde bascule alors vers la recherche d’un nouveau modèle de société, plus équitable dans le sens d’un juste partage du pouvoir et des richesses entre tous, n’avez vous jamais une étincelle d’intelligence et de lucidité qui vous ferait entrevoir et comprendre cela ?

Tout ce que vous volez actuellement aux pauvres (car c'est bien de vol qu’il s'agit), les pauvres vous le reprendront, c’est de la logique mathématique niveau cours élémentaire, c’est ainsi que tourne le monde depuis la nuit des temps pour que ce dernier puisse perdurer et trouver au fil des générations un mode de développement plus fonctionnel.

Pour que l’humanité puisse progresser, vous devez disparaître, et bien entendu vous disparaîtrez, ne le voyez vous pas venir, les temps sont comptés ...

Norbert Clémencet

 

 

«  DES CHIFFRES QUI DONNENT LA NAUSÉE  »

800 millions de personnes soufrent de la faim dans le monde, et plus de 3 millions d’enfants de moins de cinq ans en seront morts en 2017.

Les 26 plus grands milliardaires sont aussi riches actuellement que la moitié la plus pauvre de l'humanité ! L’année 2017 compte 1826 milliardaires, (classement Forbes magazine) Le patrimoine cumulé des 1 % les plus riches a dépassé en 2016 celui des 99 % restants Près de la moitié de l'humanité (2,8 milliards) survit avec moins de deux Euros par jour ! Un PDG d'une grosse entreprise cotée en bourse touche autant que 10 000 ouvriers, esclaves de l’industrie textile au Bangladesh.

 

 

***

 

 

Anouk qui voulait aller au bout de ses rêves

 

Anouk vivait parmi une tribu d'esquimaux sur la banquise, et ce qu’Anouk aimait le plus, ce n'était pas à jouer avec les autres enfants de son âge à courir sur la glace, ou à imiter les grands dans leur partie de chasse à l'ours. Non, ce que Anouk préférait c'était le soir à la veillée, autour d'une lampe à graisse pendant les longues nuits d'hiver, quand son grand-père Hard Rock leur racontait à tous des histoires.

Des histoires qui parlaient parfois d'un pays qui existe au-delà des glaces et des rochers, au-delà des mers, en allant toujours vers le sud. Un pays plein de couleurs, un pays étrange, sans hiver. Un pays toujours chaud et peuplé d'animaux bizarres. Un pays où la mousse et les lichens poussent haut presque comme les nuages et s'appellent des arbres, dans ce pays pour se protéger du soleil, les hommes ont la peau couleur de nuit.

Ce pays fait souvent rêver Anouk ! Un tel pays peut-il exister ? Est-ce une légende ?

Voilà les années ont passé, alors que Hard Rock le grand-père n'est plus, Anouk est devenu un jeune homme grand et fort. Il pense maintenant que c'était de belles histoires, des histoires pour enfants, des contes imaginaires qui n'existent pas.

Mais voilà qu'un beau jour, une tempête fait s'échouer sur les rochers un bateau, un grand bateau, haut comme une baleine. Un bateau non pas fabriqué comme ceux de la tribu, avec des fanons et des peaux de phoque, mais d'une matière que Anouk n'a encore jamais vu. Est ce cette matière que son grand-père appelait des arbres? Cela serait-il donc possible! Tous les hommes de la tribu par superstition s'écartent devant ce bateau bizarre qui ne ressemble à rien, et qui gît là, comme une bête blessée. Mais Anouk lui veut savoir, et un matin, à l'heure où tout le monde dort encore. Il entre dans le ventre du bateau.

Il découvre alors plein de choses étranges, comme cette chose qui ressemble à une boîte, et quand il soulève le couvercle, il s'aperçoit qu'elle est pleine de tranches toutes fines, sur lesquelles il voit tout ce dont son grand-père lui avait parlé. C'est un livre d'images.

Alors Anouk sait maintenant que son grand-père Hard Rock disait la vérité. Et pendant toute une lune, devant toute la tribu incrédule, et qui se moque de lui, avec des planches, des cordes et de la toile tirée de l’épave, Anouk se construit un bateau, un bateau pour aller au bout de ses rêves.

Et une nuit alors que tout le monde dort, Anouk prend ses harpons, ses lignes, son arc, et il part plein sud, sûr qu'au bout du voyage, sûr qu’il trouvera ce pays comme sur les images du livre, comme dans les récits de son grand-père.

Voilà Anouk est vieux maintenant. Il a eu de nombreux enfants, et des petits-enfants plus nombreux encore. Sa peau a maintenant pris la couleur de la nuit, pas autant que sa femme, mais presque.

Et le soir à la veillée autour du feu, il leur raconte à tous des histoires. Des histoires d'un pays là-bas tout au nord, un pays tout blanc sans arbres, ou la pluie est d'une matière toute blanche et duveteuse qu'on appelle la neige. Un pays où il fait si froid que l'eau devient parfois dure comme les pierres. Un pays ou en été le soleil ne se couche jamais. Un pays où il existe des animaux bizarres gros comme 10 éléphants au moins, et qu'on appelle des baleines.

 

Norbert - Petite histoire écrite pour mes enfants dans les années 90 -

 

 

***

 

 

Camille qui fait semblant                    Début années 2000

 

Camille est fils unique, et à sa naissance ses parents lui ont donné le même prénom que son grand père.

Et Camille n'aime pas son prénom, les autres enfants lui disent que c'est un prénom de fille, dans son village tous les garçons de son âge s'appellent Kevin, Nicolas ou même Jérémy.

Alors devant leurs moqueries Camille joue avec les filles, de toute façon il n'aime pas les jeux violents, les courses poursuites, les bagarres et les cris. Ce qu'il aime, c'est observer la nature, lire des livres, ou même préparer des crêpes avec sa maman. Il finit alors par devenir la risée de tous les garçons de son âge.

Les années passent, et un jour Camille s'est senti vraiment trop différent. Il en a vraiment assez maintenant des moqueries des autres, des chuchotements dans son dos.

Alors il décide de changer, d'être comme eux et même mieux qu'eux, de jouer à Batman, Star wars ou même Zorro. Il décide d'être celui qui court le plus vite, saute le plus haut, crie le plus fort, il décide d'être toujours le premier, d'être leur chef.

Alors Camille s'efforce de faire semblant d'être un violent, semblant d'aimer dire des gros mots, semblant d'aimer se moquer des filles. Et à force de volonté, d'entraînement et comme il est sportif, il finit par devenir un petit chef, craint et respecté des autres... Seulement à force de cacher sa véritable nature, à force de jouer les petits durs, à force de faire semblant, Camille au fond de lui même ne sait plus qui il est vraiment. Est-il réellement devenu ce garçon que tout le monde craint, ce petit chef de bande qu'on n'ose contredire ?

Il a fallu attendre un événement important pour qu'il redécouvre sa véritable nature "la naissance de son premier enfant". Il n'a pas pu se retenir, il a pleuré d’émotion devant ce bébé tout petit, tout fragile, Camille n’a pas pu résister plus longtemps, il a craqué et tous ses faux-semblants se sont écroulés devant un petit enfant, devant son enfant.

Maintenant Camille sait et accepte qui il est réellement.

Et si souvent on l'appelle encore chef, c'est qu'il est devenu chef cuisinier dans un grand restaurant. Ça sert des fois, de savoir faire de bonnes crêpes comme sa maman.

 

Norbert

 

( Un grand-père Cherokee parle aux enfants, il leur dit «en moi il y a une bataille terrible.

Deux loups se battent, l’un est un loup d’amour et de paix, l’autre est un loup de colère

et de guerre. Et le pire, ils ne sont pas juste en moi, mais en nous tous. »

Un enfant lui demande alors : « Mais grand-père, lequel va gagner ? »

Il sourit, marque une petite pause et puis répond : « Celui que je nourris. »)

Conte Amérindien

 

 

***

 

La médisance                2014

(Réflexion et résumé après la lecture d'un livre sur la vie de Philippe Nizier Anthelme)

 

Chacun, de nous tous, possède en lui une parcelle de dieu, et de ce fait si nous le comprenons bien, notre prochain est donc notre frère ! Et médire sur lui c'est offenser la part de dieu qui est en lui et qui est en nous et que nous partageons tous.

Efforçons nous donc, d'être plus indulgents les uns envers les autres, exactement comme nous le serions pour un propre membre de notre famille. Malheureusement nous ne sommes souvent indulgents qu'envers nous même. Au contraire, apprenons plutôt à avoir de la tolérance pour les fautes des autres, et zéro tolérance pour nous même.

Il ne faut jamais jeter la pierre à quelqu'un pour quelque motif que ce soit. Car en fin de compte celui qui jette une pierre sur son prochain, se la jette finalement sur lui-même en retour.

Une simple parole possède une grande puissance, aussi ne parlez qu'en bien des autres, les paroles bonnes ou mauvaises tendent à rebondir vers ceux qui les ont émises en créant un lien avec ceux auxquels elles sont destinées, lien qu'il faudra un jour dénouer s'il est négatif.

Si vous pensez du mal de votre prochain, c'est que vous créez un obstacle, et si en plus, vous l'exprimez verbalement et dans son dos, vous ne faites qu'agrandir encore l'obstacle.

 

Et si par hasard un jour vous apprenez que quelqu'un dit du mal de vous et si en retour, vous médisez sur ce dernier, vous prouvez par là que vous faites absolument la même chose que lui, et si vraiment vos reproches doivent sortir, faites le, mais sans colère, de façon constructive et surtout devant la personne à qui s'adressent vos reproches, et non pas dans son dos.

 

Changez votre ligne de vie, prenez l'engagement de ne plus jamais dire du mal de votre prochain, en commençant petit à petit par apprendre à ne pas penser et parler en mal des absents. Il viendra alors un moment où vous n'en aurez plus l'occasion, car vous aurez appris à ne plus juger les autres, vous aurez alors fait un grand pas en avant, et renforcerez la conscience divine qui est en vous.

 

Celui qui traite d'imbécile son frère, est un imbécile lui-même, car il ne faut jamais juger si nous ne voulons à notre tour être jugé.

 

Pour faire court : CELUI QUI JUGE, SERA JUGÉ.

 

Si tu sèmes des fleurs dans ton jardin tu récolteras des fleurs, et si tu sèmes des orties,

il ne faut pas t’attendre à récolter des fleurs, mais des orties.

« On ne récolte jamais que les sentiments que l’on s’aime. »

Citation de Charles Aznavour : il te suffisait que je t’aime (1964)

 

 

***

 

 

Sois ton objectif                 Juin 2017

 

«  La folie c’est de se comporter toujours *

de la même manière et de s’attendre à un résultat différent. »

 

Aussi souvent que tu répéteras sans cesse les mêmes erreurs,

Elles te mèneront sans cesse aux mêmes résultats,

et les épines de tes échecs successifs transperceront ton coeur.

Comme la mer qui inlassablement suivant les marées monte et descend,

à chaque jour qui passe tu devras écrire un nouveau chapitre du roman de ta vie.

Alors ne crains jamais de tomber, tout comme un enfant qui apprend à marcher.

Tire la leçon de tes erreurs pour petit à petit corriger ta trajectoire et progresser,

pour finir par devenir réellement celle ou celui que tu as toujours rêvé d'être.

Comme une hirondelle qui à chaque printemps revient dans son nid,

ton courage et ta détermination doivent faire partie de toi pour réussir.

N'hésite pas à te remettre en question pour trouver les bonnes solutions,

et émerveille ta vie de toutes les petites choses positives que tu rencontres

et tu réussiras, aussi sûrement que la lumière éveille à la vie après une longue nuit,

trempe définitivement ta plume dans l'encre de l'optimisme et du bonheur,

et la solution d'elle même comme une fleur au printemps s'épanouira.

Et une fois arrivé en haut de la montagne ne regarde pas en bas,

Prend le temps de savourer juste un court instant ta réussite,

et explore et gravis un nouveau sommet plus haut encore.

Car ta façon de voir crée ta réalité durant cette vie, et même après.

Alors maître de ton destin, tu laisseras s’exprimer Dieu en toi c’est ton objectif...

 

* Albert Einstein

 

 

***

 

 

Triste                  1977

 

Hier, j’ai écrit un beau poème.

Je travaillais dans les bois,

quand il s’est mis à pleuvoir.

Et c’est abrité sous une cabane

que je l’ai composé.

Il parlait du ciel, des oiseaux.

des gouttes d’eau.

Mais aujourd’hui j’ai perdu le bout de papier sur lequel il était écrit.

Je suis bien triste, car il était beau.

 

***

 

Retrouvé !                  1977

 

Attendre que la pluie tombe

pour que le ciel redevienne bleu

Les arbres ne disent rien

ils attendent leurs nouvelles robes

Qui pourpre, qui verte.

Blanc, les grêlons fondent sur le sol.

Où sont les oiseaux

Répondront ils à mon appel.

 

 

***

 

 

Vivre le temps                 1979

 

La mort ça n'est pas important,

se dit la fille en rêvant.

je veux vivre le moment.

Avoir 20 ans c'est trop beau,

pour les perdre en avenir

qui deviendront trop vite des souvenirs.

Je veux vibrer pendant mes orgasmes,

et éclater mes fantasmes.

Je suis une mère célibataire,

ou le jeune milliardaire.

je suis l'actrice dans le vent,

ou l’ermite méditant.

Je suis immigrée noire ou gitan,

pute ou jeune délinquant.

Et qu'importe le réveil,

à l'heure de la dernière veille.

Je chanterai en gueulant

que je suis toujours conscient.

Qu’est ce que le temps,

si ce n'est le moment.

 

« Ne demeure pas dans le passé, ne rêve pas du futur, concentre ton esprit sur le moment présent » Bouddha

 

« Même si d’un seul coup de baguette magique tu te retrouvais au paradis.

Cela ne prendrait que très peu de temps avant que ton mental ne dise, (oui mais ...)

En fin de compte ton mental n’a rien à voir avec la résolution de tes problèmes,

Il est d’ailleurs souvent à un certain niveau à l’origine de tes problèmes. Prends conscience que pour mener une vie sans problèmes, il te faut savoir seulement vivre dans l’instant présent.» Eckhart Tolle

 

 

***

 

Beauté miroir              1981

 

La fille se regarde souvent dans son miroir

Elle y admire ses yeux gris, et sa bouche parfaite

Ses petits seins splendides, et ses longues cuisses bien faites

Elle se trouve belle, et aime à s'en apercevoir.

 

La fille se contemple longuement dans son miroir

Et l'image lui reflète une star en pleine gloire

Elle est cette merveille, et elle se croit éternelle

Et rien n'existe d'autre pour elle, tant elle est belle.

 

La femme se regarde beaucoup moins dans son miroir

Car les ans ont passé, et l'image a changé

Des rides sont apparues, qui ternissent sa beauté.

Elle ne veut le croire, alors elle se met du fard.

 

La femme ne se regarde plus dans son miroir

Elle l'a cassé, quand sa beauté s'est envolée

Maintenant qu'elle vieillie, elle ne veut plus se voir

Il ne reste plus rien d'elle sa beauté périmée.

 

La vielle femme se mire dans les étoiles du soir

Elle pleure de joie, car ses yeux brillent comme mille soleils

Ses cheveux sont des étoiles filantes au réveil

Et sa peau à la douceur de la lune du soir.

 

Nous créons nous-mêmes notre propre réalité,

demain, hier, n’existent simultanément en soi que dans le moment présent.

 

« Si tu ne sais pas que tu sais, tu ne sais pas ! (et vice versa) » proverbe africain

 

« C’est tout simple, Dieu c’est l’énergie que tu appelles la vie, et la vie, c’est l’énergie que tu appelles Dieu. Dieu et la vie sont synonymes, c’est du pareil au même. » Neale Donald Walsch

 

 

***

 

 

Petite réflexion sur la mort                   Juin 2018

 

Ce n’est pas du tout la peur de mourir, mais plutôt l’appréhension de devoir partir sans avoir complètement rempli ma mission ici sur terre, ainsi que de ne pas avoir totalement démontré et épuisé l’exploration de toutes les facettes de cette présente vie, et aussi la culpabilisation de ne pas avoir vraiment cherché à toujours faire le maximum pour réaliser les objectifs que je me suis assigné dans cette vie.

Je ne suis pas parfait, loin de là, même si de jour en jour j’ai le désir de m’améliorer pour essayer de parvenir à être une meilleure personne. En essayant de rester fier de mes actions, pour à la fin parvenir au sentiment d’avoir quand même fait le maximum pour réussir ma vie tout en tenant mon égo en sourdine, le but est vivre une vie harmonieuse et sans vanité, tout en m’acceptant tel que je suis, avec mes qualités et mes défauts.

Par contre je n’éprouve aucun attachement à mon corps ou aux biens matériels, aucun souci de devoir m’en séparer, au contraire, cela sera vécu au moment de ma mort comme une véritable délivrance.

Concernant les gens que je laisse, de toute façon je les retrouverai tous, comme je retrouverai de la même façon tous ceux qui sont partis avant moi, quand je me fonderai dans le grand tout.

 

Le paradis, le ciel, l’enfer n’est pas un lieu mais un état d’esprit...

 

« La mort ce n’est pas une porte qui se ferme, mais une porte qui s’ouvre. » . Miguel De Cervantes

 

« Il n’y a nulle part où aller. Le défi n’est pas «d’aller» au ciel, mais de savoir que vous y êtes déjà. » NDW

«  BRONNIE WARE est infirmière en soins palliatifs pour les personnes en fin de vie.

Elle a écrit un livre en 2012 concernant les confidences des mourants, et sur plusieurs centaines de patients, il en ressort que les cinq choses que les gens regrettent le plus au moment de mourir sont : Je regrette de ne pas avoir eu le courage de vivre ma vie en accord avec moi-même, et non pas de la vivre en fonction des attentes que les autres avaient placé en moi. Je regrette d'avoir consacré autant de temps de ma vie à mon travail. Je regrette de ne pas avoir eu le courage d'exprimer mes sentiments. Je regrette de ne pas avoir gardé assez le contact avec ma famille et mes amis. Je regrette de ne pas m'être accordé le droit d'être plus heureux. »

(à méditer)

 

 

***

 

 

Je ne suis pas mort, Je suis vivant              Décembre 2016

 

Aujourd'hui, me voici revenu à la source de mes origines, d'où je suis parti il y a tant d'années. La porte s’est ouverte vers l’endroit où à notre mort physique nous irons tous, quelles que soient nos croyances ou nos religions. L’âme qui s’exprimait en moi a fusionné avec la conscience divine, car mon temps dans cette incarnation sur terre est arrivé à son terme, et maintenant plein d'autres expériences créatives m'attendent, que je suis curieux de découvrir l’esprit en paix. Dans la dimension au delà de la matière et du temps où j’évolue maintenant, nous avons conscience de ne faire qu’Un, le créateur et la création sont reliés et confondus. Alors s’il vous plaît, ne me faites pas ressentir votre peine, car d’où je suis, votre réalité est devenue la mienne, aussi ne me pleurez pas, ne me contrariez pas par vos larmes qui me retiennent, mais laissez moi plutôt partir l’esprit libre et serein. Car moi je suis dans la joie de me fondre dans l’esprit Divin, et dans le bonheur de retrouver tous mes proches qui sont partis avant moi, et bien plus encore... Et quand votre tour sera venu d'ici quelques années, surtout n'ayez aucune sorte d’appréhension, aucune crainte, si vous en éprouvez le désir, je serai là pour vous tenir la main, croyez moi tout le monde sera présent à votre retour pour vous accueillir dans la joie. Et, si d’ici là, un jour, l'envie pour vous est trop forte de me retrouver, sachez que vous le pouvez, prenez juste conscience que je suis là, omniprésent et intemporel, tout autour de vous, et même en vous, car je suis qui vous êtes, de la même façon que vous êtes qui je suis. Il n’est rien que je ne sois pas, je suis l’essence de toutes choses. Je suis le soleil du matin qui vous réchauffe et aussi celui du soir qui embrase le ciel. Je suis l'oiseau qui chante au jour naissant. Je suis la brise qui vous caresse la joue. (Je suis la vague de Puri dont j’ai déjà fait l’expérience à vingt ans), Je suis la première étoile qui s'allume dans la nuit. Je suis dans un sourire complice échangé et dans tout ce qui vous touche. Je suis dans tous ces petits signes si dans votre coeur vous savez les percevoir et vous aligner dessus. Et donc, si vous vous identifiez en eux, alors vous vous reconnaîtrez en moi et nous serons ensemble. Regardez le monde comme vous vous regardez, regardez le monde comme vous regardez Dieu et vous vous verrez, et vous me verrez.

Cette révélation va bouleverser votre vision du monde et de la vie, préparez vous à vivre l’expérience d’un tsunami d’amour et de bonheur, comme une explosion, un vrai miracle, le monde, la Vie, Dieu, c’est tout simplement vous, c’est à dire nous, nous tous. Nous sommes tous une âme, prenez en conscience, il n’y a aucune séparation, tout est connecté, et nous faisons tous partie de ce grand tout.

Alors, pour aller plus loin encore, vous pouvez être maintenant capable d’entrapercevoir et de mesurer toutes les implications que cette révélation engendre, et comprendre donc que ce n’est pas seulement mon histoire, mais que c’est aussi de facto la votre, et nous la partageons ensemble. Par conséquent, c’est vous qui allez aujourd’hui en co-imaginer et en coécrire la suite, alors choisissez bien, vous avez le libre arbitre, mais soyez en certain, si vous êtes tristes, je suis triste, si vous êtes heureux, je suis heureux. Alors faisons le bon choix et ensemble avec allégresse, tournons la page de la dualité, cette séparation factice qui nous accable et célébrons notre joie, chantons, dansons et prenons du plaisir. Je suis parmi vous car je suis vous, nous faisons tous partie du grand tout adimensionnel de la création, la seule différence c’est que moi maintenant je le vis, car j’ai réalisé qui je suis, je suis une âme et j’en ai pris la pleine conscience. Je n’habite plus mon corps mais je suis vivant en vous, à travers votre âme et celle de toute la création. Je ne me suis jamais senti aussi vivant, car je suis tout bonnement le processus de la Vie où tout est énergie. Vibrations et émotions sont mon langage, alors à cet instant précis je vis vos émotions en synchrone, ce sont aussi les miennes, je ressens avec vous tout ce que vous ressentez. Et tout comme vous pouvez être touchés à la lecture de ce texte, moi aussi, je vibre exactement sur la même fréquence, rappelez vous, si vous êtes ému, n’est ce pas, je suis ému. Alors pleurons, pleurons donc ensemble d’émotion et de joie, mais ne pleurons pas de souffrance, nous ne mourrons jamais. Nous sommes des êtres éternels dans l’instant, car le temps n’existe pas, la Vie et l’Amour ne se conjugue jamais qu’au présent, c’est à dire maintenant. Je vous serre tous dans mes bras et dans mon cœur, et vous remercie de me permettre de partager ce moment d’allégresse qui nous réunit tous ensemble. Ce sont des moments privilégiés qui exaltent, notre âme ! Et maintenant, faites-moi plaisir, non pardon, faites nous plaisir. Prenez la décision de réactiver la mémoire de qui vous êtes vraiment, en vous rappelant, en l’assimilant et en le vivant, que toujours, toujours, vous êtes moi, je suis vous, et nous sommes ce que Dieu est, et Dieu est ce que nous sommes. Retenez le bien, il n’y a personne d’autre, tout est déjà là, NOUS SOMMES DES ÂMES ET NE FAISONS QU’UN. La boucle est bouclée. Je vous aime. Norbert (Idée inspirée d’un texte d’origine amérindienne)

 

« Connais-toi toi-même et tu connaîtras l’univers et les dieux » Proverbe grec ancien

 

« N’utilisez jamais un intermédiaire pour parvenir à Dieu ; en tant que partie de Dieu, vous êtes inséparablement et éternellement connectés. » Matthew Ward

 

« Nous pouvons tous nous considérer comme des cellules dans le corps de Dieu.» Dolorès Cannon

 

 

***

 

 

Lettre à Sandrine B                     2017

 

Bonsoir madame

Vous vous lancez à mes yeux dans des recherches bien trop ésotériques.

Moi qui rêve plutôt d’une spiritualité simple accessible et fonctionnelle, dépouillée de ses symboles et de ses rites apportés généralement par nos différentes religions, « la vérité se trouve dans la simplicité, et non dans la multiplicité et la confusion des choses » (Isaac Newton) 

Je suis à la recherche d’une philosophie et d’une pratique spirituelle de lumière et d’amour que même un enfant de cinq ans puisse comprendre et assimiler.

« Heureux les simples d'esprit (et les enfants) car le royaume des cieux est à eux »

Si la compréhension universelle n’est réservée et accessible qu’aux personnes initiées ayant étudié le latin, l’araméen ou lisant le sanscrit ou le sumérien (cunéiforme) dans le texte, le résultat au final est que cela ne va pas concerner grand monde.

Dans la vie j’essaie de regarder devant moi vers où je me dirige et où je pose les pieds, ce qui est derrière moi s’appelle l’expérience accumulée des vies passées, et c’est ce qui me sert (d’instinct) pour garder l’équilibre et progresser en faisant le minimum de faux pas, c’est tout : le passé en gros ne sert qu’à ça, à se diriger vers l’avant, mais surtout sans se laisser enfermer par des expériences négatives plus ou moins traumatisantes que nous avons tous eu, dans cette vie, où dans une précédente, et que nous risquons de traîner comme un forçat traîne son boulet attaché à sa cheville. J'essaye au contraire de rebondir dessus, le passé est un réservoir de connaissances (qui sont innées), acquises au fil des réincarnations et qui me sert comme une banque d’expériences pour me diriger plus sereinement dans la vie, et me projeter dans l’avenir, pour progresser, et réaliser ce que et ce qui je suis devenu aujourd'hui.

« la compétence, la culture est ce qui reste quand on a tout oublié » (Édouard Herriot)

Donc oublions ! Ce n'est pas sans raison d’ailleurs que nous perdons à chaque naissance les mémoires de nos vies antérieures.

À chaque incarnation nous sommes de nouveau des hommes neufs, tributaires des expériences de vies antérieures qui peuvent être plus ou moins heureuses certes, mais neufs et vierges, prêt au monde qui s’ouvre devant nous et où nous avons volontairement choisi de renaître, en fonction de nos besoins. Nous avons fondamentalement tout choisis : la planète, l'époque, le sexe, la famille, les circonstances de notre nouvelle incarnation.

Voila c’est ma vision des choses de la vie, et je vous en fais part, ne le prenez surtout pas comme une critique négative à votre encontre, nous avons tous nos contrats d’âme personnels, et donc nos différentes raisons et nos propres chemins de vie en fonction de nos besoins, et pour certains celui d’être des guides et d’essayer de faire progresser les autres !

Vous êtes une chercheuse comme moi, ni pire ni meilleure, il n'y a pas de hiérarchie dans ce domaine, aussi je vous félicite et vous encourage.

Recevez madame tous mes partages d’amour, de bonheur et de réussite.

 

PS : Dans la vie le hasard n’a tout simplement pas sa place, toutes «les coïncidences» qui peuvent se présenter sur ma route, sont là uniquement pour me mettre sur la voix du rappel et pour m’aider à me souvenir qui je suis réellement et le mettre en pratique.

 

Norbert Clémencet

 

Concernant votre livre, comme dirait Jean-Pierre Petit je crois, je vais suivre les préceptes de Michel Aimé : « Garder l'esprit ouvert, tout envisager, et ne rien croire »

 

 

***

 

 

Tes yeux                        Sept 2018

 

 

Tes yeux sont le reflet de ton âme,

et tu dois l’accepter et vivre avec,

car tu ne pourras jamais rien cacher.

Plus que tes gestes ou tes paroles,

tes yeux sont ta carte de visite,

où l’on peut te lire à cœur ouvert.

Qu’ils expriment la joie ou la douleur,

tes yeux diffusent tes émotions.

Dans tes moments de tristesse, ils pleurent,

et dans tes moments de bonheur aussi.

Chaque matin tu les ouvres machinalement,

et ils te portent à la découverte du monde.

De toutes les choses que tu vis au quotidien,

ton admiration, ta peur, ou ton amour,

ta colère, ta détermination ou ta surprise.

Toutes ces choses tes yeux les expriment,

et toutes les choses qu’ils traduisent de toi,

tu peux à ton tour les lire chez les autres,

dans les yeux de tout ceux que tu rencontres,

si tu acceptes l’idée que nous tous au monde,

nous sommes à la fois le reflet et le miroir.

Tes yeux sont le miroir de ton coeur,

tes yeux sont le reflet de ton âme.

Et dans les yeux de chacun d’entre nous,

c’est en fin de compte tout l’univers que l’on voit.

 

« La beauté d’une femme se voit dans ses yeux, car ils sont la porte de son cœur, l’endroit où réside son amour. »

Audrey Hepburn

 

 

***

 

 

Chacun des métiers exercés est indispensable                 Juin 2018

 

Tout le monde ne peut pas être médecin, architecte, avocat ou pilote d’avion, il faut bien des boulangers pour fabriquer votre pain, des mécaniciens pour réparer votre voiture, ou des facteurs pour vous distribuer le courrier. Ces derniers métiers sont peut être moins valorisant que d’autres, moins prestigieux aux yeux de certains, mais ils sont tout aussi irremplaçables pour permettre à la société de fonctionner correctement.

Que deviendrait notre vie sans éboueurs, sans artisans, sans agriculteurs, sans manœuvres pour construire ou entretenir nos routes ou nos maisons. Quid du personnel des EHPAD pour prendre soin de nos aînés ou de nos instituteurs pour enseigner à nos enfants. Aucun métier n’est plus respectable que ces derniers.

Alors de grâce, si votre enfant ou votre père ou mère n’est pas ingénieur, vétérinaire, directeur de banque, ou PDG d’une grosse entreprise, il n’en demeure pas moins une personne essentielle de par son métier au bon fonctionnement de la société et nous lui devons le respect d’être un rouage primordial de l’horloge de nos vies quotidiennes.

 

« Il n’y a pas de sot métier, il n’y a que des sottes gens pour le croire »

 

 

***

 

 

Savoir oublier                 Mai 2018

 

Dans mes souvenirs j’ai fait le ménage,

pour ne garder que ce qui ravit ma mémoire.

J’ai mis à la poubelle tout le reste,

tout ce qui me rabaissait sans cesse.

Effacé, ce qui n’amenait que regrets et culpabilisation.

Maintenant comme une nouvelle naissance,

ayant posé mes valises, allégé,

je suis vierge pour un nouveau départ,

Car je suis l’acteur de la création de ma propre réalité.

 

 

« Il y a quelque chose qui contribue au bonheur, c’est la possibilité d’oublier »

Nietzsche

 

 

***

 

 

Dieu y pourvoira                  2014

ou petite réflexion sur l'abandon

 

Je m'abandonne, je lâche prise, et en contrepartie, je perds complètement la capacité de me faire du souci.

Je me laisse guider et prendre en charge sans crainte et sans effort. J’accepte sans attente tout ce qui se présente, sans aucune récrimination et avec une égale humeur, ce qui me paraît être le bon, comme le moins bon. Les circonstances de la vie, les différentes rencontres, m'indiqueront quelle route prendre, sans me poser de questions.

Rien n'arrive par hasard, (même le fait pour vous aujourd’hui de lire ces quelques lignes n’est pas une coïncidence) tout arrive au bon moment, tout est parfait, même si je n'en perçois pas tout de suite les tenants et les aboutissants, et même si je n'en comprends pas tout de suite la signification.

Tout ce qui m'arrive est la manifestation d'une volonté supérieure.

Il n'y a pas de bonnes ou de mauvaises circonstances,

il y a des circonstances qui mènent vers un but, et c'est ce qui prime.

C'est la seule voie possible, tout le reste, les attentes, les désirs sont

des voies sans issue.

Je m'abandonne à la providence, mon ego lâche prise, et en contrepartie

Je perds complètement la capacité de me faire du souci.

 

Evangile de Jésus selon Matthieu : chapitre 6 verset 25 à 34

« C'est pourquoi je vous le dis : Ne vous inquiétez pas pour votre vie matérielle, de ce que vous mangerez, de quoi vous serez vêtus. La vie n'est-elle pas mieux que de la nourriture et des vêtements ? [...]

Car ce genre de choses, ne préoccupent que les gens superficiels, et la destinée sait très bien que vous en avez besoin, cherchez plutôt à vivre en Dieu, et tout cela vous sera donné naturellement de surcroît.

Ne vous inquiétez donc pas du lendemain, car demain est un autre jour qui prendra soin de lui-même. A chaque jour suffit sa peine.»

 

 

« Moins sa vie avait de but et plus sa vie prenait du sens »

Pierre Drieu La Rochelle

 

 

***

 

 

Lâcher prise               1978

 

L'eau calme et sereine de la rivière sans arrêt murmure.

Tout à l'heure je l'ai écoutée, et elle m'a dit :

Pourquoi me retiens-tu ?

Laisse-moi aller mon cours, et m'évanouir dans la mer.

Orgueilleux ! tu n'es rien de plus qu'éphémère,

et un jour ma poussée t'emportera.

Tu le sais hein !

Je suis patiente, et aujourd'hui ou demain tu viendras avec moi.

Pourquoi ne veux-tu le comprendre ?

Que gagnes-tu à me retenir ?

Laisse-moi aller mon rythme.

Viens, accompagne-moi au fil de mon eau.

Laisse-moi aller barrage,

Suis-je une langue étrangère pour toi ?

Laisse-moi aller barrage, tu es moi !

 

 

***

 

 

Le vent             Février 1979

 

Je veux être libre comme le vent qui se fout des lois

Qui ne sait d'où il vient, ni où il va

Là où il a commencé à souffler, là où il finira

Il tourne sans fin au-dessus des plaines et des bois

Et est le vrai maître de l'endroit

Il est toi, il est moi, et tout le monde à la fois

Rythme du vent, prends-moi sous ton toit

Car je sais que tu es toujours là

Et qu'il n'existe rien que toi.

 

 

***

 

 

Être heureux            Juin 2013

 

Changer cette vie qui tourne en rond,

et tout remettre en question.

Ne pas hésiter à sauter le pas,

pour aller voir tous là-bas.

 

Vivre le plus possible en harmonie,

mon moi intérieur lui, l’a bien compris.

Surtout ne plus avoir à faire semblant,

mais se laisser porter par le courant.

 

Ne jamais penser tout contrôler,

mais faire confiance en la destinée.

Pouvoir être heureux uniquement à ce prix,

et seulement quand on l’a appris.

 

Surtout, oublier tout le reste.

ne pas penser à ceux qu’on laisse.

Vivre sa vie comme on l’entend,

et non pas pour faire plaisir aux gens.

 

Alors, être enfin heureux,

en se laissant brûler par le feu.

avec les autres, ne faire plus qu’un.

En s’identifiant avec tout et rien.

 

Un homme demanda un jour à Bouddha : «je veux du bonheur» !

Bouddha lui répondit : d’abord enlève le « je » c’est de l’égo,

puis enlève « veux » c’est du désir.

Et maintenant tout ce qu’il te reste c’est : « du bonheur » !

 

 

***

 

 

La corrida                 12/2018

 

J’éprouve la terreur, arraché à mes vertes prairies.

Je parcours de sombres et étroits couloirs.

Et me voici ébloui dans un cercle de lumière,

où je découvre tant de personnes réunies.

On m’a convié comme à une espèce de fête,

et je crois que c’est moi qui en suis la vedette.

Mais très vite c’est devenu une scène de torture.

Une marionnette agite un bout de chiffon rouge,

et mon instinct parle, il faut que je l’encorne.

Ai-je raison de courir après ce maudit tissu,

même si j’aimerais que toute cette comédie s’arrête,

c’est plus fort que moi, il faut que je le transperce.

Où donc sont passés les hommes qui m’ont fait naître,

dans ce milieu hostile je ne les reconnais plus.

Je croyais pouvoir vivre libre dans mon troupeau,

mais je crois qu’ils en ont décidé autrement.

Et c’est mon sang qui rougit le sable de l’arène,

chaque charge me rapproche de mes ancêtres.

Je pressens que je vais bientôt les rejoindre,

cela fait déjà plus d’une heure que je m’épuise.

Mais c’est plus fort que moi, c’est plus fort que moi.

Les clameurs au loin se font plus sourdes,

et mes yeux se voilent d’un étrange brouillard,

j’entrevois le paradis des taureaux qui se rapproche

Ils sont devenus pires que des bêtes sauvages.

Mais que leur ai-je fait, mais que leur ai-je fait

j’espérais mériter une mort plus noble que ça !

Moi si fier, à genoux maintenant, couvert d’écume.

Alors une lame sortie de nulle part brille comme un éclair,

Un pantin déguisé de paillettes me l’enfonce dans les chairs.

Finalement, c’est une délivrance la mort que l’on me sert.

Et mes yeux se referment sur ce monde qui me trahit,

et mes yeux se referment sur ce monde qui me trahit.

 

« Le jour viendra où les hommes regarderont le meurtre des animaux comme ils regardent aujourd’hui le meurtre des êtres humains. » Léonard de Vinci

 

 

***

 

 

Manifeste pour un nouveau 14 juillet                 Le 15-03-15

 

Je suis un quidam comme vous, qui se pose des questions sur son avenir, et sur celui de ses enfants.

Après avoir lu un article il n'y a pas longtemps, sur la façon dont les banques fonctionnent, j'en ai retenu une phrase qui m'a particulièrement marqué: "Prête leur plus qu'ils ne sont capables de te rembourser, et ils deviendront tes esclaves". C'est Rockefeller qui en est l'auteur, je crois.

Au début, je pensais naïvement que cela ne s'adressait seulement qu'aux pauvres pays d'Afrique, surendettés volontairement par leurs créanciers, d'un argent qui ne profite la plupart du temps qu'aux dirigeants corrompus, qui eux vivent dans l'opulence, et dont le peuple esclave doit rembourser sur des générations les intérêts sans jamais espérer un seul jour, rembourser le capital.

Ou alors la Grèce à la limite (c'est loin la Grèce), mais pas nous, et puis j'ai entendu à la radio que nous, la France, avions plus de 2000 milliards de dette et cela augmente chaque jour qui passe, c'est sans fin ...

Oui, nos hommes politiques complices et incompétents nous font vivre dans une dictature financière en nous sur endettant. Cela correspond à 30 400€ par habitant, bébés et centenaires compris ! Dans ma petite famille nous sommes six (4 enfants) plus de 182 000€ à rembourser : le prix de la maison quoi.

C'est à dire que si nous ne faisons rien, nos arrières petits-enfants, même pas encore nés payeront encore nos dettes, tout comme les pauvres africains.

Alors voilà, je me dis que ce n'est plus seulement nos dirigeants qu'il faut changer, ou renverser ça ne suffira pas. Ils sont maintenant devenus les complices et par voie de conséquence les larbins de la finance.

De toute façon, actuellement pour les dirigeants politiques, le système tel qu'il fonctionne, c'est leur gagne pain, ils se gavent au passage et ne vont surtout pas prendre le risque de changer les règles, c'est leur fonds de commerce et leur terrain de jeux pour toutes leurs petites magouilles.

Et ce malgré leurs promesses (mon ennemi n'a pas de visage, c'est le monde de la finance...). Tant que nous voterons Guy Gniol ou Paul Ichinelle rien ne changera. Le bipartisme est une vaste blague organisée par ces derniers pour nous faire croire que nous sommes en démocratie et que nous avons le choix. Même les extrêmes, à droite et à gauche voulant ramener la couverture à eux, ne sont pas capables de nous motiver contre cet état de fait. Ils nous prennent tous pour des billes pour rester poli.

Alors retroussons nos manches, et donnons l'exemple au monde, comme nous avons si bien su le faire en 1789, soyons un phare pour tous ceux qui nous regardent et qui n'attendent que ça pour nous suivre. Brisons les chaînes de l'esclavage financier et politique qui nous presse et nous oppresse.

Faisons tomber les pouvoirs financiers. Derrière les banques il y a des hommes, ils représentent les 1%, ce sont eux qui détiennent le véritable pouvoir au 21ème siècle. Nous autres, nous sommes les 99% empêtrés dans nos crédits et nos fins de mois difficiles. Et eux (les banques et les pouvoirs financiers) de toute façon seront toujours gagnants, ils privatisent leurs bénéfices, et ils sociétalisent leurs pertes.

 

C’EST DANS UNE DICTATURE FINANCIÈRE QUE NOUS VIVONS.

 

Voici 6 bonnes raisons parmi d'autres de mettre tout à plat et d'arrêter de se faire tondre,

même les "merdias" en ont rapidement parlé.

1. Les banques participent honteusement et sans moralité aucune, à l'extension de la faim dans le monde et dans les pays sous-développés, en faisant de la spéculation sur les matières premières alimentaires.

2 . Les banques, pour leurs bénéfices, sont les championnes de l'évasion fiscale par le biais de leur succursales, elles arrivent à domicilier leurs dividendes au Luxembourg, et autres paradis fiscaux.

3 . Avec l'argent que nous leur confions, elles prennent des risques inconsidérés sur les marchés en bourse. "Le casino" c'est ainsi que les traders appellent les salles de marché (voir affaire Kerviel).

4 . Démarchage auprès de leurs plus gros clients, pour frauder les législations nationales en les incitant à ouvrir des comptes dans leur succursales situées dans des paradis fiscaux, que ce soit de l'argent propre, ou de l'argent sale, issu du crime en général: Prostitution, trafic d'armes, drogue, traite d'humains, kidnapping, après plusieurs tours de passe passe, l'argent ressort plus blanc que blanc, comme dirait Coluche (voir Banque HSBC).

5 . Entente illicite, en surenchérissant artificiellement les taux de prêts interbancaires.

Le libor et l'eurolibor : taux frauduleusement gonflés qu'ils répercutent sur nos prêts.

6 . L'argent fiduciaire (papier, monnaie, avant normalement garantie par des réserves d'or physique) ne représente que 5% de tout l'argent circulant dans le monde, tout le reste (les 95%) ce sont des jeux d’écritures, du vent quoi, de l'argent inventé qui ne repose sur rien et qui n'existe pas.

- Conclusion : Le pire (qu'on se le rappelle bien), c'est nous autres contribuables qui avons mis la main à la poche en 2008 pour sauver les banques. Alors ça suffit maintenant, sans violence et sans haine, démarrons une nouvelle révolution mondiale, le prochain 14 juillet par exemple.

 

Signé : Le peuple des laissés pour compte, qui demandent des comptes à l’oligarchie.

 

« Le monde ne sera pas changé par ceux qui font le mal, mais par ceux qui regardent sans rien faire. » Einstein

 

 

***

 

 

La perception des choses à venir                   Juin 2018

 

On ramène toujours tout à soi, aussi je pensais que tout le monde fonctionnait plus ou moins

comme moi, ayant la capacité dans les grandes lignes de percevoir les évènements à venir, en faisant preuve grâce à un sixième sens d’une certaine prémonition.

Puis me rendant compte que dans la plupart des cas, les gens ignorent et ne mettent pas en pratique ce don d’intuition, il m’est venu le désir de vouloir partager certaines de ces perceptions.

Mais ce n’est pas chose aisée, car la connaissance de la réalité à venir pour un esprit non préparé, peut certaines fois être bien trop perturbante en raison du décalage qui peut exister. Il faut alors communiquer en trouvant les mots justes, adaptés à la capacité de réception de chacun.

Ne surtout pas transmettre la peur, ne pas chercher à être trop précis, ne pas insister au delà de la faculté de compréhension des personnes, au risque de passer pour un illuminé et de ne pas être pris au sérieux. Parfois il n’est vraiment pas utile de vouloir anticiper la réalité, et ne gâchons pas tout en ayant absolument le désir de transmettre et prouver tout ce que nous pourrions percevoir, comme si nous avions des comptes à rendre devant un tribunal, alors dans tous les cas, laissons chacun libre d’accepter ou non ce que nous avons à partager, on ne peut pas forcer les gens à croire. Ne nous considérons donc pas comme des messagers. Selon l’avancement spirituel de chacun, tout cela peut paraître bien trop puéril ou au contraire trop compliqué car chaque personne avance à un rythme qui lui est propre, et chacune des épreuves qu’elle aura à traverser lui est indispensable pour progresser. C’est ce qu’on appelle son (chemin de vie.) L’important est de ne pas brûler les étapes et de rester soi-même.

Et quand le moment sera venu, toutes ces choses seront comprises, alors d’autres réalités se présenteront qui seront de nouveau perçues par certains en total décalage avec leur époque et qui adviendront elles aussi le moment venu.

 

 

***

 

 

Quand le temps sera venu                              15 août 2017

 

 

  Ni trop tôt, ni trop tard, seulement au bon moment, quand le temps sera venu.

Rien ne sert d’espérer aller plus vite, pas plus que rien ne sert de vouloir retenir le temps.

Quand un maximum de gens seront prêts, et quand un minimum de gens en auront envie.

Alors viendra l'heure de la venue d’un grand évènement, une vague d’onde magnétique qui balayera tout sur son passage, comme une sorte de tornade d’amour venue du plus profond de notre galaxie.

L’ancien monde aura alors vécu, et laissera place pour que vive un nouveau monde.

Nous changerons alors tous nos modèles, relationnels, de voir, de penser, de vivre.

Ni trop tôt, ni trop tard, seulement au bon moment, quand le temps sera venu.

Rien ne sert d’espérer aller plus vite, pas plus que rien ne sert de vouloir retenir le temps.

Après quelques perturbations de transition nous nous élèverons alors à une dimension supérieure, et nous verrons tout avec un esprit et des yeux neufs.

Nos anciens modèles obsolètes tomberont, comme des vêtements devenus trop étroits.

Cette lame de fond emportera tout ce qui n’aura pas sa place dans ce monde en devenir, il n’y aura absolument rien à regretter, une page vierge pour ceux qui resteront alors s’ouvrira.

Nous aurons pris pied dans un nouveau monde méconnaissable, un monde de paix, d’empathie et de compassion où plus personne ne sera jamais laissé sur la touche, car les inégalités sociales disparaîtront. Nous vivrons tous comme ne faisant qu’un, unis dans l’amour, et en harmonie au sein de notre grande famille universelle.

Les priorités ne seront plus du tout les mêmes, un monde de bonheur s’ouvrira enfin.

Ni trop tôt, ni trop tard, seulement au bon moment, quand le temps sera venu.

Rien ne sert d’espérer aller plus vite, pas plus que rien ne sert de vouloir retenir le temps.

 

« C’est une application de la théorie du centième singe, c’est une question de masse critique » Neale Donald Walsch

 

 

***

 

 

Lettre aux humains                  2012

 

Salutations

 

Vous savez dorénavant que la terre n'est pas plate, et qu'à son extrémité, vous n'allez pas

chuter dans un précipice sans fin, comme vous pouviez le croire dans l'antiquité.

 

Les gaulois eux, craignaient par-dessus tout que le ciel ne leur tombe un jour sur la tête.

A part quelques météorites, vous savez maintenant que cela est illusoire.

 

Depuis Galilée, vous devez aussi être au courant, que votre planète est loin d'être le centre

de l'univers, autour de laquelle s'articuleraient le soleil et les étoiles du firmament !

 

Maintenant, pourquoi arrivé à l'aube du vingt et unième siècle ? Vous vous imaginez toujours

être les seules créatures "intelligentes" existantes au monde. Et ce parmi les centaines de

milliards d’étoiles et leur cortèges de planètes, comprises dans chacune des centaines de

milliards de galaxies qui forment l'univers observable !

Pour vous donner un ordre de grandeur, il y a autant d'étoiles dans l'univers que de grains

de sable dans tout les déserts, et toutes les plages de notre planète !

 

Alors merde un peu d'humilité, arrêtez de vous prendre pour le nombril du monde

et cherchez l'erreur ...

 

Signé : un terrestre: semeur d'étoiles, éveilleur de conscience.

 

 

En prime, une petite question subsidiaire, savez-vous en comptant de un en un,

combien il vous faudra de temps pour arriver à compter jusqu'à 1 milliard ?

23 jours pour arriver seulement à un petit million ! Et plus de 95 années pour aller jusqu'à

1 milliard, et ce en comptant 24 heures sur 24 !

 

Des nombres difficilement assimilables pour notre entendement, et nous serions les seuls

dans l'univers ? Il faut apprendre à voir avec son cœur pour deviner l'étendue de la création.

 

 

***

 

Un haïku                    1994

 

La nuit dans le ciel

En regardant les étoiles

L'humilité vient

 

 

***

 

 

Lettre ouverte aux différents E.T de bonne volonté qui visitent la terre                       09/2008

 

 

A l'aube de nos origines, quand les prémices de la vie commencèrent à s’épanouir sur terre ainsi que bien plus tard, quand les hominidés apparurent et finirent par quitter la savane pour peupler la surface de la planète, et ainsi contribuer aux différentes civilisations qui se sont succédées, certains d'entre vous, avec vos millions d'années d'avance évolutive étaient déjà là en interaction pour participer à notre évolution, nous accompagner, nous suivre, et nous observer !

Étant parvenu maintenant dans cette civilisation ci à des progrès technologiques et scientifiques, qui nous permettent d'être aux balbutiements d'une compréhension moins empirique de l'univers. Nous sommes par contre toujours dotés de systèmes moraux, économiques, politiques, sociaux et religieux complètement archaïques. Ce qui permet entre autres inégalités, aux divers responsables gouvernementaux des pays les plus puissants, de monopoliser à leur profit l'information concernant la réalité de votre existence. (qui détient l'information détient le pouvoir c'est bien connu)

Ce qui fait que statistiquement moins de 0,0...1 % de personnes assurées par des preuves concrètes de la véracité de votre existence, le cachent depuis plus de 60 ans aux autres 6,5 milliards d'individus qui peuplent notre planète en maintenant ces derniers dans l'ignorance et la dérision,

alors qu'une telle révélation devrait être portée de fait à la connaissance culturelle du patrimoine mondial de l'humanité.

Il est à souhaiter de tout cœur, que la prise de conscience de votre existence par l'ensemble de la population mondiale, soit le facteur déclenchant d'une grande crise de spiritualité, et d'un sursaut d'humilité, d’empathie et de compassion, de la part de toute l'humanité.

Car le plus préjudiciable sera certainement moins la prise de conscience à l'échelle planétaire de votre existence (comme certains veulent bien nous le faire croire), que le traumatisme de réaliser que nos instances dirigeantes aient pu nous mentir, et nous manipuler à un tel degré. Et ce pendant plus de 60 ans...! Avec pour conséquence, tout ce que cela engendrera de suspicion.

Nous n'entrapercevons actuellement que la partie émergée de l'iceberg, et nous allons dans la foulée découvrir avec effarement tout un cortège bien humain celui-là, de mensonges, de manipulations, de crimes, et autres horreurs.

Nous aurons alors à faire face, à une énorme crise de confiance envers nos institutions. Il nous faudra alors commencer par apprendre à pardonner, et ne surtout pas succomber à une primaire chasse aux sorcières. Nous sommes en partie tous responsables, c'est nous qui avons entretenu et maintenu le système en place.

Aussi le préalable à toute divulgation de la vérité, sera d'assurer préventivement aux divers concernés, une totale et indéfectible immunité. D'ailleurs les principaux responsables, ceux complètement dépourvus de conscience morale qui sont à l'origine de cette énorme désinformation, doivent être maintenant tous décédés, ou au moins centenaires.

 

Ce pardon nous transcendera, il nous donnera la force de faire face, à cette énorme crise qui déstabilisera à tous niveaux, les fondamentaux même de notre société. Il faudra redistribuer les cartes, de grands choix seront à opérer pour trouver un nouveau mode de fonctionnement, qui nous mettra définitivement à l'abri de telles dérives. Et nous pourrons alors repartir uni à l’échelle mondiale sur de nouvelles bases de partage, fraternelles, solides et fonctionnelles et qui prendront en compte notre nouvelle universalité.

 

En attendant avec impatience l'an 1 de ce nouvel âge, au nom des 99,99...% de personnes désinformées et maintenues dans le mensonge et l'ignorance, de tout cœur permettez-moi chers ET de bonne volonté, de vous accueillir en vous souhaitant enfin paix et amour, bienvenue sur notre belle planète terre.

Votre frère humain, enfant des étoiles : Norbert Clémencet

 

 

***

 

 

L’intuition de la connaissance primordiale                   12/2018

 

Je me pose à certains moments des questions sur les raisons qui me poussent à écrire, à transmettre. Qu’est ce qui peut bien me motiver réellement à devenir cette sorte de passeur, existe il une explication extérieure à moi-même, quelles circonstances et même quelles personnes m’y poussent ? Et avant tout, à qui peuvent bien être destinés certains de ces textes, sont-ils pour quelqu’un en particulier, surtout en priorité pour moi-même, ou sont ils aussi destinés aux personnes de mon entourage, mes amis, ma famille, mes parents, mes enfants, mes petits-enfants qui sont encore à naître, en gros tous ceux qui m’ont été, me sont ou me seront chers. Mais d’un autre côté ces écrits peuvent aussi trouver écho auprès de tout ceux qui seront touchés par leur contenu ! Par ailleurs quelle légitimité et quelles compétences puis-je avoir pour partager certains de ces textes ? Est-ce de l’expérience acquise et accumulée au cours de mes vies antérieures et dont la mémoire a été réactivée, ce qui me permet de réaliser une sorte de mission, en collusion peut-être d’accords prénataux volontairement conclus ? Ce sont peut être mes ancêtres, mes grands parents qui sont déjà passés sur un autre plan et qui me guident dans leurs rédactions ?Est-ce l’accès à ma famille d’âme, un sixième sens, l’aide de mon ange gardien si patient et à qui pourtant j’en fais voir de toutes les couleurs qui m’y motive ? Autant de questions que je me pose !

Cela est arrivé à un point pour être honnête où il m’arrive même de me demander, si pour certains écrits j’en suis réellement l’auteur. Mon égo si omniprésent mis de côté, je ne suis peut-être finalement que la plume d’une entité supérieure qui me tient la main. (et c’est très bien ainsi)

C’est alors, que d’une autre partie de moi émerge en arrière fond une interrogation : Est-ce bien la peine de me poser toutes ces questions ? Alors une petite voix me dit : reste dans le ressenti, dans le cœur, reste réceptif et écrit sans trop t’interroger et surtout laisse tomber ce travers tellement propre aux humains de vouloir toujours tout passer par le cérébral.

Toute cette prose peut paraître bien inattendue venant de ma part, car je n’ai pas toujours été celui que je suis devenu aujourd’hui, à l’adolescence d’ailleurs j’en étais même très éloigné. Puis est venue une période de maturation, de transition, l’expérience acquise des voyages doit y être aussi pour quelque chose. Les enfants élevés, et à l’âge mûr disposant d’une plus grande disponibilité, et de plus de temps libre pour retrouver la lecture, la réflexion, la méditation, mon âme s’est affirmée et reconnecté à mon moi profond, il est advenu un moment où progressivement, j’ai eu la sensation d’avoir le privilège de détenir un aperçu de l’essence de toute chose, même si je ne transmets rien de vraiment exclusif et nombre d’autres avant moi ont révélé ces mêmes vérités, car le message de ce savoir est universel et tout un chacun au plus profond de soi le possède et peut en réactiver la mémoire en cherchant sincèrement en lui même . Déjà tout petit en observant mon prochain, j’avais la sensation, l’intuition diffuse d’être une personne différente, détenteur d’une vérité que je possédais en moi de façon intemporelle et qui ne demanderait qu’à éclore au fil du temps et finirait bien par m’apparaître de façon de plus en plus concrète le moment venu. Maintenant au stade où j’en suis arrivé, je me demande alors que tout parait si simple, s’il est bien opportun de continuer à rechercher d’aller toujours plus haut dans les dimensions spirituelles, afin d’essayer de vulgariser et transmettre toutes les connaissances utiles qui en découlent. Ceci au vu du décalage vibrationnel de plus en plus important qui au fil du temps se creuse avec ce que je perçois des préoccupations quotidiennes de mon entourage. Préoccupations qui me paraissent si futiles, si mesquines, si terre à terre. Je prends alors conscience que certains de ces écrits qui sortent trop de la normalité actuelle m’enferment dans la solitude et ne peuvent concerner en fin de compte pour le moment, qu’un toujours trop petit nombre de personnes. Je suis aussi un être humain et cela finit par me déstabiliser et m’indisposer que l’énorme majorité non réceptive, puisse me prendre au premier degré comme un fabulateur, un usurpateur ou dans le meilleur des cas comme un doux rêveur. Alors en attendant, malgré que je puisse penser qu’avec la naissance de mes enfants, écrire est ce que j’ai pu faire de mieux et de plus grand dans cette vie, je crois qu’il est temps maintenant pour moi de marquer une petite pause, et trouver peut être en accord avec ma hiérarchie, une voie, une façon plus concrète de partage pour aider mon prochain. Et cela le temps qu’un événement arrive qui fasse que les choses se rééquilibrent, ce qui ne saurait tarder, et cela aussi si je le peux et, ou, si on m’en laisse le choix.

Sincèrement.

nclemencet@icloud.com

 

 


 

 

Petite                                               Juillet 2021

 

La lumière s’est levée il y a un an sur ta nouvelle vie, et je t’écris cette lettre dont tu découvriras certainement le contenu quand tu seras grande et capable de le comprendre. Je n’ai pas dit volontairement «quand tu seras adulte», car est ce souhaitable de le devenir un jour réellement ?  N’est-ce pas plutôt un privilège que de savoir garder son âme d’enfant, cette capacité d’émerveillement, savoir rester innocent, ouvert, sans préjugés, curieux, tout ce genre de qualités que l’on a tendance à occulter avec les années qui passent. N’oublie donc jamais petite, de rester fidèle à ces dernières que tu possèdes déjà en toi, et sans compromis, cherche à rester toujours toi-même. 

    Je te dis «petite» mais ce ne sont que des mots, car tu es aussi ma sœur, ma fille, ma mère, ma compagne, une facette féminine de mon moi intemporel et immatériel dont tu fais ici l’expérience, car de tout temps nous ne sommes qu’un toi et moi, ainsi que toute la création qui fait en se matérialisant l’apprentissage d’elle même, il n’y a pas de séparation. 

      Une vie passe si vite, et dans cette incarnation ci, je suis donc ton grand-père mais ça tu le savais déjà avant d’ouvrir les yeux, puisse que c’est toi qui l’as volontairement choisi. 

     Ici aussi dans la dualité, tu as le libre arbitre de pouvoir manifester la voie que tu désires emprunter. Laisse alors ton cœur ouvert et il te guidera, il te fera découvrir la route à suivre, et comme tu t’en apercevras ce n’est pour personne une belle ligne droite bien tracée, il y a pleins de bosses, de virages, de zones de brouillard et de détours imprévus et même certaines voies sans issue. Alors quand à un carrefour tu te trouves quelque peu perdu, c’est que tu as du t’éloigner de ton cœur, reviens alors à lui, donne lui la priorité, il ne te trompera jamais et il t’indiquera le meilleur chemin à suivre pour te retrouver et vivre en paix. Suis le donc, lâche prise et écoute ton âme, ton esprit, ton bon sens, ton intuition, et même si tu mélanges un peu tout comme moi ces concepts ce n’est pas très important,, à travers ces derniers, c’est toujours la voix de Dieu celle de la source, celle de l’amour qui te parle et te guide et si à un moment ou l’autre, tu fais l’erreur d’emprunter un mauvais chemin, ce n’est pas bien grave, nul n’est parfait, j’en sais quelque chose. Ne te laisse pas polluer à devoir traîner toute ta vie des regrets et des remords, dis toi seulement que c’est une chose que tu devais expérimenter, il n’y a pas d’erreur seulement des expériences dont on tire en conscience les leçons. Alors redresse toi et sans peur regarde maintenant devant toi en te servant du positif que tu as su tirer de cette expérience, ceci afin de pouvoir cibler plus précisément la vie que tu veux réellement mener, toi seule en décide. 

    Sois tolérante, aime toi toi même, ne te juge pas trop sévèrement, pas plus que tu ne dois juger les autres, accorde ton pardon. Et surtout, surtout c’est primordial laisse toujours couler l’amour en toi, c’est un état d’être qui lie la création entière, c’est l’unique langage commun parlé dans tout l’univers. Voilà ce sont les quelques conseils que je peux te suggérer pour mener une vie positive et épanouie, je suis content de l’avoir fait, même de façon un peu malhabile et imparfaite.

        Je te serre petite de tout cœur dans mes bras,  je t’aime.

 

A bientôt,

Norbert

 


 

 

 L’ego, ami ou ennemi ?                                              Sept 2021

 

 

   Qu’est-ce que l’ego, à quoi sert-il. Pourquoi la plupart des personnes s’identifient à leur ego. Comment prendre du recul vis-à-vis de ce dernier et enfin que devient son utilité dans un monde de cinquième dimension.          

 

        L’ego, a certainement pu être, dans un monde binaire un outil vital et indispensable de survie, permettant à l’homme d’avoir une image forte de lui-même, ceci afin d’aider ce dernier à prendre rapidement des décisions. Dans l’évolution, c’est son ego qui au fil des millénaires a permis à l’homme de s’affirmer, de descendre des arbres, quitter la savane, se reproduire et finir par peupler la planète, pour en devenir l’espèce dominante dans un monde de compétition plus ou moins hostile.

       Dans la dualité, l’ego est une sorte d’outil primaire qui nous distingue, un raccourci que le mental met en place pour qu’à partir d’un nom, d’une personnalité, de croyances …  un humain s’identifie à ce qu’il pense être de lui-même.  L’ego est un état d’esprit qui l’individualise, lui fait prendre conscience de sa propre réalité physique et psychique, que le mental informe et auto-alimente à chaque utilisation. Dans l’évolution, le mental et l’ego sont en quelque sorte deux cousins germain qui se donnent la main, et qui ont besoin l’un de l’autre pour fonctionner.

        L’ego à notre époque se traduit surtout au-travers une certaine image de soi que l’on veut donner aux autres, ainsi qu’à soi-même d’ailleurs par réflexion.  Notre ego c’est le désir de nous faire-valoir et de donner à autrui un certain portrait valorisant de notre personnalité, de notre apparence physique, de notre façon de penser ou d'agir. Ceci dans un but permanent de paraître, qui veut nous mettre en valeur aux yeux des autres et de nous même, ce qui pourrait être assimilé à une forme d’orgueil qui s’insère dans l’ego.

     Le chemin est ténu pour ne pas se laisser prendre au jeu et tomber dans un piège, en finissant par nous identifier exclusivement à notre ego, et donner donc à ce dernier une place trop importante, qui nous noierait dans la dépendance de cette image que nous voulons donner aux autre.  L’ego surdimensionné peut alors devenir pour certains comme une drogue et se comporter en véritable tyran, pour finir par faire de ceux qui y succombent de véritables égocentriques, esclaves de leur propre image, comme on peut en rencontrer beaucoup sur certains réseaux sociaux, ou dans les milieux de la finance ou de la politique. Cela risque de les laisser prisonnier toute leur vie d’un ego qui n’existe finalement en eux que dans la mesure où leur mental les trompe et les incite à s’identifier exclusivement à ce dernier.  L’homme devenant alors dans le même temps, son bourreau et sa propre victime.

         A la venue prochaine d’un monde d’amour de cinquième dimension, l’ego agissant alors comme un véritable piège limitatif n’a plus sa place. Il est devenu même un instrument perturbateur qui freine la prise de conscience de la véritable dimension de l’homme dans la création.  Il est alors indispensable de regarder l’ego de manière détachée, en spectateur quelque peu curieux et amusé, l’observer un peu comme un mirage, qui reflète une illusion limitative, extérieure à l’authenticité de ma réelle dimension identitaire.

           Dans le chemin de l’évolution, doit-on faire appel à l’ego, pour l’initier à sa propre disparition dans une sorte de démarche intellectuelle volontaire. Un acte qui prétendrait l’identifier, le cibler pour finir par le saborder, le mettre en quelque sorte une dernière fois à contribution, pour finir par choisir de le fondre, comme un outil devenu maintenant obsolète, dans cette conscience énergétique d’amour universelle. 

       Vouloir rentrer dans une lutte frontale avec l’ego est une démarche utopique qui au contraire le légitimerait et lui donnerait encore plus de force pour rentrer en résistance et au final le consoliderait dans son emprise identitaire.

     La meilleure solution ne serait-elle pas, plus qu’un acte de renonciation volontaire, de le laisser au contraire se dissoudre dans un acte de détachement inconscient, spontané et progressif sans rejet frontal. Un lâcher prise, associé obligatoirement en simultané à une prise de conscience certaine de l’existence d’un moi authentique, beaucoup plus vaste et qui nous relie tous les uns les autres. En laissant l’ego se dissoudre dans une sorte de détachement d’amour ascensionnel, cela aura pour conséquence le moment de bascule venu, de voir l’ego s’effacer naturellement, et finir par disparaître de lui-même. Il laissera alors descendre et prendre place, un véritable moi beaucoup plus vaste, qui nous fusionnera avec l’unité de la création. Ceci pour finir par assimiler que l’autre n’est qu’une partie de soi-même, et que cette partie nous la partageons tous ensemble. Il n’y a aucune sorte d’exception, avec ou sans ego, il faut assumer nous sommes tous un, le reste, la différence, n’est qu’une question de prise de conscience et de réalisation spirituelle.

 

 

Ajouter un commentaire